Marco Bernard n’a pas voulu commenter les intentions de ses joueurs.
Marco Bernard n’a pas voulu commenter les intentions de ses joueurs.

Marco Bernard ne veut pas commenter

Marco Bernard n’a pas voulu commenter le contenu de la missive envoyée par ses joueurs à l’auteur de ces lignes.

«Je commenterai toute cette situation avec plaisir lorsque tout sera réglé», a-t-il mentionné par courriel après avoir pris connaissances des intentions de ses joueurs, qui affirment qu’ils ne se pointeront pas au camp d’entraînement s’il n’y a pas de nouveaux propriétaires.

Le copropriétaire des Inouk n’a pas voulu commenter, a-t-il une nouvelle fois répété, afin de ne pas nuire aux négociations en cours avec de possibles acheteurs.

À LIRE AUSSI: Les joueurs des Inouk feront la grève s’il n’y a pas de nouveaux propriétaires

On aurait pu s’attendre à ce que Bernard, qui tient les Inouk à bout de bras depuis 15 ans, tente de rassurer ses joueurs. Mais non.

Joint par téléphone, le commissaire de la Ligue junior AAA, Kevin Figsby, a quant à lui avoué être «préoccupé» par les intentions des joueurs des Inouk.

«Tout ce que je leur demande, c’est encore un peu de patience, a-t-il dit. Je m’attends à ce que la situation soit régularisée d’ici une semaine, deux au maximum.»

Rappelons que les camps d’entraînement des équipes de la LHJAAAQ peuvent débuter à compter de la deuxième semaine du mois d’août. Au risque de se répéter, ça vient vite, surtout pour une équipe qui n’a plus d’entraîneur en chef ni de directeur général!

«Je sais que le dossier traîne depuis un bon moment, mais je sais aussi que Marco Bernard a de bonnes intentions, qu’il a les Inouk à cœur, a repris Figsby. Il aurait pu déménager l’équipe et il ne l’a pas fait. Je veux lui donner encore un peu de temps.»

Figsby a répété que la LHJAAAQ tient au marché de Granby. Un silence a suivi lorsqu’on lui a demandé si les Inouk pourraient se retrouver sous tutelle éventuellement.

«Je veux encore laisser à Marco du temps, a-t-il encore dit. Je pose des questions, je fais ma petite enquête. La ligue suit le dossier de près, croyez-moi. On ne veut pas être obligés d’intervenir.»

À suivre, comme dirait l’autre...