Marc Danis s’est rendu à Londres l’été dernier afin de rencontrer Simon Kean.

Marc Danis: pour l’amour des boxeurs

Ce n’est pas la première entrevue que Marc Danis accorde à l’auteur de ces lignes. La toute première fois, en 2004, l’ado cowansvillois chantait pour le groupe rap Psycoze Poétik et le journaliste, lui, couvrait les arts et spectacles.

Aujourd’hui, Danis est producteur et recherchiste au 91,9 Sports ainsi que réalisateur à Punching Grace, ce réseau de divertissement spécialisé en boxe. Si son emploi a changé, s’il est passé des arts aux sports, le jeune homme affirme qu’il continue à s’intéresser à la même chose : aux émotions.

« J’ai toujours été un amateur de sport, souligne Danis. J’ai d’abord été un amateur de course automobile avant de commencer à suivre le hockey et les autres disciplines. Mais honnêtement, les statistiques ne m’ont jamais branché : c’est ce qu’il y a derrière les victoires et les défaites qui m’intéresse. »

Danis vient de réaliser ses septième et huitième documentaires pour le compte de Punching Grace. Le Boogeyman, qui raconte l’histoire d’Adam Braidwood, et En route vers Shawi, qui nous prépare à l’attendu combat opposant Braidwood à Simon Kean le week-end prochain à Shawinigan, sont présentés tout au long de la semaine à TVA Sports et à TVA Sports 2.

« J’adore les boxeurs, reprend Danis. Ces gars-là sont de véritables livres ouverts, ils parlent avec leur cœur et avec leurs tripes. Quand tu leur poses une question, tu as toujours droit à la vérité, à la vraie affaire. Ils sont accessibles et il n’y a jamais de relationnistes qui leur disent quoi dire. »

Dans son rôle de réalisateur à Punching Grace, Danis s’est promené pas mal depuis un an. Il a notamment rencontré Kean à Londres et il a suivi Braidwood dans l’Ouest du pays. Il travaille avec Simon René, qui a aussi œuvré au 91,9 Sports.

« Nous sommes une espèce de monstre à deux têtes, dit-il. On fait les documentaires à deux, on fait tout le travail ensemble. Honnêtement, je pense qu’on forme un bon duo. »

Le documentaire a toujours intéressé Danis, qui a étudié en cinéma au cégep et en communication à l’université.

« Dans le cours de cinéma au cégep, c’est de loin ce qui m’intéressait le plus. Quand les gens de Punching Grace m’ont demandé si j’étais intéressé à travailler avec eux afin justement de faire du documentaire, j’étais aux anges. C’est un rêve qui se réalisait. »

Heureux en radio
Marc Danis vit maintenant dans la région de Montréal, mais il a plein de raisons de revenir régulièrement à Cowansville. Bien que Punching Grace lui permet de réaliser son rêve, c’est grâce à la radio qu’il peut payer ses comptes. Et il se dit heureux au 91,9 Sports.

« Parce que je travaille sur l’émission du matin, je me lève vers 4 h, explique celui qui ne semble pas trop s’ennuyer de la chanson. La radio, c’est l’instantanéité, c’est une énergie complètement différente de tout ce que j’avais connu auparavant. J’ai du plaisir et je me vois faire un bout de chemin dans ce milieu. »

C’est Jean-Charles Lajoie qui l’a amené à la radio.

« On travaille fort. On est la seule radio francophone de sports en Amérique du Nord et on est vraiment en train de faire notre place. Vraiment, je suis content d’être là où je suis. »