Marc-André Levasseur a amassé 11 points en autant de matchs dans l’uniforme des Bisons depuis le début de la saison.

Marc-André Levasseur est avec les Bisons pour gagner

Avec 11 points en autant de matchs, Marc-André Levasseur connaît un bon départ avec les Bisons. Mais voilà, celui qui en est à sa troisième saison dans l’organisation affirme qu’il est surtout heureux des succès remportés par l’équipe.

« C’est toujours agréable de contribuer, d’amasser des points, mais le plus important, vraiment, ce sont les victoires, a souligné Levasseur, qui en est à sa troisième campagne dans l’organisation. Moi, je suis ici pour gagner. »

À Waterloo, il a connu des saisons de 30 points en 20 matchs et de 18 en 21. Mais il manquait toujours quelque chose.

« Ça a été des saisons faites de hauts et de bas, des saisons qui ont fini trop tôt à mon goût. Là, avec l’équipe qu’on a, tous les espoirs sont vraiment permis. »

Levasseur ne voit pas beaucoup de faiblesses à l’alignement des Bisons. Mais il aime aussi ce qui se dégage du vestiaire.

« Les gars se tiennent, les gars sont contents de se retrouver à toutes les semaines. La chimie est là et elle est forte. On rencontrera certainement des moments difficiles d’ici à la fin de la saison, mais on a ce qu’il faut, on a l’attitude pour les surmonter. »

Levasseur habite Blainville, sur la rive nord de Montréal. Parfois, en raison de la circulation, ça lui prend jusqu’à deux heures pour se rendre à Granby. Mais dans le contexte d’une équipe gagnante, ça ne lui dérange pas.

« Quand tu sais que tu vas t’amuser et que tu as de très bonnes chances de gagner, c’est vraiment pas un problème de faire autant de route. »

De bonnes acquisitions

Marc-André Levasseur, qui a connu de grosses saisons avec les Panthères de Saint-Jérôme dans le junior AAA avant de faire le saut au hockey senior, est d’avis que les récentes acquisitions effectuées par les Bisons ont amélioré pour la peine l’équipe.

« Brian Lovell est un excellent défenseur, mais c’est aussi un gros bonhomme qui ne craindra jamais de prendre la défense de ses coéquipiers, a-t-il repris. Contre La Tuque, il y a une semaine, il m’a vraiment impressionné. La présence de Martin Trempe est aussi rassurante. On manquait un peu de poids, on manquait un peu de robustesse, mais les dirigeants ont réglé le problème. »

Des dirigeants, ajoutera Levasseur, qui sont à l’écoute de leurs joueurs.

« Christian Roy (le grand patron) en fait beaucoup pour nous, il est toujours en train de se demander ce qu’il pourrait faire pour nous rendre heureux de jouer pour les Bisons. On est reconnaissants et on est contents de gagner pour lui. Et on est contents de voir autant de gens dans les gradins, car il le mérite avec tous les efforts qu’il met. »

Bref, le no. 24 apprécie ce qu’il vit à Granby.

« Présentement, honnêtement, c’est le bonheur total ! », a-t-il conclu.