« Mon rôle n’est pas facile, j’en conviens, mais je l’accepte », explique Jordan Roy.

Malgré tout, Jordan Roy y trouve son compte

Le défenseur Jordan Roy n’a participé qu’à 12 matchs en saison régulière et on ne l’a pas vu dans la série face aux Braves. Et ce n’est pas parce qu’il était ou qu’il est blessé. Tout de même, il affirme qu’il ne changerait pas de place avec personne.

« J’aime le hockey, j’aime mon équipe et j’ai du plaisir malgré tout, a expliqué l’athlète de 18 ans entre la première et la deuxième période du cinquième match entre les Inouk et les Braves. Mon rôle n’est pas facile, j’en conviens, mais je l’accepte. Et je n’ai jamais pensé quitter le club ou quoi que ce soit. »

Roy s’est taillé une place avec les Inouk à l’issue du dernier camp d’entraînement. Il n’a pas été repêché, il a plutôt été signé à titre de joueur autonome.

« J’aimerais jouer plus, c’est certain, mais l’équipe a beaucoup de talent et d’expérience à la défensive et il n’y a pas de place pour tout le monde. Mais j’apprends beaucoup et j’espère que je serai davantage utilisé la saison prochaine. »

Car s’il n’en tient qu’à lui, Roy sera de retour en 2018-2019. C’est ce qu’il veut. À 6’ et 200 livres, il est capable de prendre soin de lui. D’ailleurs, il a récolté 31 minutes de pénalités au cours de la douzaine de matchs qu’il a disputés cette saison.

« Je suis heureux sur la patinoire, même si c’est plus souvent qu’autrement que pour les entraînements, et je suis heureux dans le vestiaire. D’ailleurs, c’est une des choses que j’essaie de faire : mettre de la joie dans la chambre. C’est pas très difficile puisque j’aime mes coéquipiers. »

Clairement, Roy y trouve son compte. Après tout, il part de son domicile de Windsor à tous les jours, ou presque, pour venir à Granby.

« Si je n’avais pas du fun, c’est clair que je ne ferais pas deux heures de route aller-retour à tous les jours ! »

Patrice Bosch lui parle beaucoup. Il se sent respecté.

« Il sait que mon rôle n’est pas facile. Il m’encourage et il m’aide. Il est très correct. »

Qu’il joue ou non, il ne ratera aucun match des séries. On le sent très sincère quand il dit qu’il aime son équipe.

« Le vestiaire est rempli de bons gars, de bonnes personnes. Et si on a besoin de moi, je serai là. On a une bonne équipe et je veux gagner moi aussi. »