«Je vais accueillir les amateurs avec le sourire, comme d’habitude», explique Dominic Lussier.

Lussier n’a pas la tête basse

Dominic Lussier n’aura pas la tête basse, vendredi soir, alors qu’il accueillera les amateurs de stock-car sur terre battue à l’Autodrome. Pourtant, il pourrait.

Lundi soir, le conseil municipal de Granby a refusé d’accorder à Lussier ce qu’il demandait, soit la possibilité de diversifier l’offre de l’Autodrome en présentant autre chose que des événements de sport motorisé. S’il reste déçu de la décision du conseil, le promoteur affirme qu’il demeure optimiste quant à la suite des choses.

« Lorsqu’on a quitté l’hôtel de ville, l’autre soir, j’ai dit à mon partenaire Jean-François Tessier : “La première période est terminée, quel est notre plan de match pour la seconde ? ” Ce qu’il faut, maintenant, c’est articuler autrement nos argumentations, mieux faire valoir nos points. »

Lussier, on le sait, veut profiter de son vaste terrain et de ses équipements pour présenter – essentiellement en dehors de la saison de courses – des événements qui lui permettaient de faire des sous, bien sûr, mais qui permettraient aussi à Granby d’offrir quelque chose de plus.

« Quand je suis obligé d’annuler une dizaine de programmes en raison de la pluie comme ça a été le cas l’été dernier, ça devient extrêmement difficile de rentabiliser les activités de l’Autodrome, qui demeure un atout pour Granby, comme l’a encore dit le maire lui-même. Alors, si je peux aider notre entreprise en présentant un festival, un tournoi de hockey ou d’autres types d’activités et que ça permet en même temps à la ville de rayonner encore davantage, ça me semble une formule gagnante pour tout le monde. Mais il faut expliquer notre position encore plus clairement, je pense. »

Lussier a toutefois ajouté qu’il avait aimé entendre les gens du conseil dire que le statu quo ne voulait absolument pas dire un pas en arrière pour l’Autodrome.

« Honnêtement, nous n’utilisons pas la piste à 10 % du temps que la Ville nous permet. Je n’ai jamais voulu en faire plus question de ne pas gêner davantage les citoyens qui n’aiment pas le bruit et la poussière. »

Car selon le règlement municipal, il peut y avoir de l’activité à l’Autodrome du lundi au jeudi, entre 10 h et 18 h, ainsi que le vendredi et samedi, entre 10 h à 23 h.

Il y a quelques semaines, à l’occasion du Défi-Vision, le maire Pascal Bonin avait affirmé haut et fort, en entrevue avec l’annonceur Anthony Marcotte, qu’il aimait l’Autodrome.

« Granby est une ville de courses et j’aime notre Autodrome, avait-il dit. L’Autodrome, c’est des emplois, c’est de l’activité économique, c’est du tourisme. Et il faut appuyer notre Autodrome. »

Un marathonien
En incluant la séance de pratiques qui précède le début de la saison, il n’y a eu que trois programmes d’annulés cette année à l’Autodrome. Et Dominic Lussier entrevoit une bonne fin de campagne.

« On a parlé des foules sous la moyenne du début de saison, mais les choses se sont replacées depuis, a-t-il mentionné. La venue des bolides de la série Empire Super Sprints [vendredi] et la conclusion du championnat promettent de belles soirées et de belles courses. Moi, je vais encore accueillir les amateurs avec le sourire, comme d’habitude. »

Dominic Lussier s’est toujours défini comme un marathonien et non un sprinter. Et clairement, il veut se rendre au bout de son épreuve.