Impitoyable sur le jeu de puissance, le Collège Français a triomphé 5-2 dans le premier match de cette série.

L’indiscipline coule les Inouk

Battu cinq fois par les Inouk en saison régulière, le Collège Français de Longueuil a assurément dissipé certains doutes, mardi soir au Colisée Jean-Béliveau. Les locaux se sont imposés au compte de 5-2, prenant ainsi les commandes en demi-finale de la Ligue de hockey junior AAA du Québec.

Ayant balayé les Rangers de Montréal-Est au tour précédent, la formation de Pierre Petroni demeure invaincue depuis le début des éliminatoires.

Les Inouk ont payé le prix de leur indiscipline lors ce duel initial. Quatre des cinq buts du Collège Français ont été inscrits sur le jeu de puissance.

« Il y a de l’indiscipline, mais aussi autre chose. C’est la première fois que je vois ça, être à cinq contre trois et se faire donner des pénalités... Mais ce n’est pas quelque chose que l’on contrôle », souligne l’entraîneur-chef des Inouk, Patrice Bosch.

L’addition aurait pu être encore plus salée, n’eût été la solide performance de Marc-Antoine Dufour, qui a bloqué 36 lancers devant la cage granbyenne. « Il a été très bon. Dufour a été notre meilleur joueur », estime Bosch.

Avec une récolte de deux buts et autant de passes, le prolifique Vincent Chapleau a une fois de plus mené la charge pour Longueuil.

Noah Corson et Isaak Châteauneuf ont marqué pour Granby.

Un jeu de puissance payant
L’attaque massive du Collège Français n’a pas tardé à faire des dommages dans ce match.

Lors d’une pénalité imposée à Tristan Belliveau (avoir retardé le jeu), William Jacques a enfilé l’aiguille afin d’ouvrir le pointage.

Chapleau a profité d’un double avantage numérique pour doubler l’avance des siens quelques minutes avant l’entracte. De retour après une blessure qui l’a tenu à l’écart depuis le début de ces séries 2018, le vétéran Maxime Chagnon a obtenu une mention d’aide sur la séquence.

Bosch a rebrassé ses cartes en attaque en vue du second vingt. Pour des résultats mitigés, puisque l’engagement a été majoritairement dominé par Longueuil. Yanik Chagnon s’est notamment retrouvé seul dans l’enclave, mais son tir du revers a terminé sa course dans la mitaine de Dufour.

Ce n’était toutefois que partie remise pour le Collège Français. Alors que son club évoluait de nouveau à cinq contre trois, Simon Gravel s’est emparé d’un rebond pour faire 3-0.

Corson brise la glace
Les visiteurs ont donné signe de vie vers la fin de la période, parvenant enfin à faire fonctionner leur jeu de puissance. Corson a redirigé un tir de la pointe du capitaine Gabriel Chicoine pour inscrire son premier but des séries.

La remontée espérée ne s’est toutefois pas matérialisée. Chapleau a plutôt brisé les reins des Inouk tôt en troisième période. Jason Lanoue a ensuite ajouté l’insulte à l’injure.

« On n’a pas suivi notre plan de match, tout simplement. On s’est laissé déranger par toutes sortes de détails », regrette Patrice Bosch.

Le défenseur Châteauneuf a complété la marque avec un tir qui a semblé surprendre le gardien Philippe Savard-Masse.

Comme c’est souvent le cas lors des matchs à sens unique, le jeu a gagné en robustesse dans le dernier droit. Pas moins de cinq patineurs ont d’ailleurs été chassés pour 10 minutes.

Notons que le talentueux Maxime Borduas s’est aussi retrouvé au sol, semblant blessé au bas du corps. S’il n’est pas revenu par la suite, Bosch assure qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter outre mesure. « On n’a pas pris de chance. Mais ce n’est rien de sérieux pour l’instant. Il avait besoin de repos, tout simplement. Ça va être une longue série… »

Terrebonne en contrôle
Cette confrontation reprendra vendredi soir, toujours du côté de Longueuil. Le troisième match de la série sera lancé à 16 h samedi au centre sportif Léonard-Grondin.

Dans l’autre demi-finale de la LHJAAAQ, les redoutables Cobras de Terrebonne mènent déjà 2-0 face aux Panthères de Saint-Jérôme.