Récemment nommé directeur général du Formule Fitness de Bécancour, Érik Archambault tentera de relancer la pire équipe de la LHSAAAQ la saison dernière.
Récemment nommé directeur général du Formule Fitness de Bécancour, Érik Archambault tentera de relancer la pire équipe de la LHSAAAQ la saison dernière.

LHSAAAQ: Érik Archambault nommé directeur général à Bécancour

Érik Archambault n’a décidément pas peur des défis. Après avoir tenu la concession du Trackvale d’Acton Vale à bout de bras, il tentera maintenant de relancer le Formule Fitness de Bécancour, la pire équipe de la Ligue de hockey senior AAA du Québec la saison dernière.

Archambault était l’adjoint du directeur général Dany Paré depuis un an, mais il a maintenant les pleins pouvoirs.

«Quand on m’a offert le poste, je n’ai pas hésité longtemps. J’aspirais à ce genre de fonctions au niveau senior AAA, mais je ne pensais pas que ça viendrait aussi vite, à 27 ans», a reconnu le résident de Durham-Sud.

«Je crois que l’aventure du Trackvale (dans la Ligue de hockey senior Richelieu) m’a aidé à me faire un nom. J’ai prouvé que je pouvais monter de bonnes équipes. »

Archambault reconnaît que le Formule Fitness «n’a rien cassé» lors de la campagne 2019-2020, avec seulement trois victoires en 22 matchs lors du calendrier régulier. Malgré une élimination rapide contre Donnacona en séries, il affirme que «la grande majorité» des joueurs seront de retour lorsque la pandémie de la COVID-19 se sera enfin résorbée.

Le nouveau DG compte s’appuyer sur des piliers comme le gardien Alexandre Bélanger, un ancien choix du Wild du Minnesota dans la LNH. Il estime aussi que les jeunes attaquants Mikaël Imbeault et Frédéric Lemay-Bégin se sont démarqués à travers la tempête.

Le prochain repêchage de la LHSAAAQ, dont la date n’a pas encore été confirmée, sera très important chez le Formule Fitness.

«On a le premier et le quatrième choix au total. Ça ajoute de la pression, nous devons prendre les bonnes décisions, mais nous sommes très bien positionnés.»

Des défis, il y en aura également à l’extérieur de la patinoire. Les foules ont rarement dépassé le cap des 400 spectateurs à l’Aréna Roland-Rheault la saison dernière et la survie de la concession semblait même menacée. Le président de la LHSAAAQ, Dominic Lussier, assure néanmoins qu’aucune équipe n’a l’intention de quitter le circuit.

«On ne se le cachera pas : au hockey senior, tu es condamné à gagner. Si tu veux des gens dans les estrades, ça prend des victoires et un bon spectacle», a souligné Érik Archambault.

«Je veux ramener un sentiment de fierté aux partisans de Bécancour, des gens passionnés. Je veux que les joueurs montrent la même chose à chaque fois qu’ils sautent sur la glace.»

Le cas Acton Vale

Archambault le répète encore aujourd’hui : la dissolution du Trackvale lui a fendu le cœur. Père de trois enfants et employé d’une entreprise agricole de Saint-Hyacinthe, il ne pouvait tout simplement plus cumuler les chapeaux de DG, entraîneur-chef, président et véritable homme à tout faire d’une équipe.

À Bécancour, il peut maintenant se concentrer sur l’aspect hockey.

«Je ne dirai jamais que j’ai complètement tourné la page. J’ai contribué à bâtir le Trackvale et ça restera toujours une fierté pour moi. J’ai rencontré des gens qui sont aujourd’hui de bons amis.»

Actifs durant trois saisons, la formation valoise a remporté les grands honneurs de la LHSR en 2017 puis le championnat de la saison régulière l’année suivante. Elle s’est aussi inclinée en finale contre Saint-Roch-de-l’Achigan en 2019.

Une source très crédible a confirmé à La Voix de l’Est qu’un groupe a tenté de ramener une équipe à Acton Vale en vue de la prochaine saison, sans succès toutefois.

«En plus de partisans exceptionnels, je crois qu’Acton Vale possède un des meilleurs arénas pour le hockey senior au Québec», a glissé Érik Archambault.

«Selon moi, il ne manque pas grand-chose pour que la ville puisse accueillir un club dans une ligue de niveau supérieur…»