« J’essaie de bien faire mon travail », explique simplement Maxim Baillargeon, qui est un des responsables de l’excellent départ des Inouk.

L’heureux retour de Maxim Baillargeon

Les Inouk, on le sait, connaissent un excellent départ. Mais au-delà du nombre de victoires et de défaites (9-4-1), le chiffre le plus impressionnant est probablement celui du nombre de buts accordés, qui est à peine de 32 après 14 matchs. Et un des responsables de cette brillante performance est assurément Maxim Baillargeon.

« J’essaie de bien faire mon travail, explique le défenseur de 20 ans. Je tente de limiter les erreurs dans notre territoire et je m’applique à bien relancer l’attaque. Les résultats sont là, c’est l’fun. »

Patrice Bosch avoue qu’il est « hyper content » du travail de l’ancien des Screaming Eagles du Cap-Breton et des Wildcats de Moncton. « Match après match, il affronte les meilleurs trios. Si on concède peu de chances de marquer, c’est en partie grâce à lui. Et si on accorde si peu de buts en désavantage numérique (taux d’efficacité de 91 %, le meilleur de la LHJAAAQ), c’est encore en partie grâce à lui », dit-il.

Mais Baillargeon estime que « si on joue aussi bien, c’est parce que tout le monde pousse dans le même sens ».

« Chacun prend ses responsabilités, souligne-t-il. Moi, je suis très impressionné par le travail de nos jeunes joueurs. Même que j’ai l’impression qu’ils font la différence. Tu ne t’attends pas toujours à grand-chose des gars de 17 ou 18 ans, mais chez nous, ils accomplissent de la grosse, grosse ouvrage. »

Et les jeunes, l’athlète de Saint-Bruno aime les encadrer.

« Ça fait partie de mon travail de joueur de 20 ans. Quand t’as 17 ans et que tu arrives dans le junior, tu es parfois un peu perdu et ça prend quelqu’un pour t’aider. Je suis aussi là pour ça. »

« La meilleure place »

Après avoir disputé sa première saison dans les rangs juniors avec les Inouk, Maxim Baillargeon a passé les deux dernières campagnes dans la LHJMQ. Et il se dit « très heureux » d’être de retour à Granby.

« Après avoir été échangé aux Wildcats la saison dernière, j’ai songé sérieusement à appeler Patrice Bosch et revenir ici, explique-t-il. Finalement, je suis parti pour Moncton et j’ai oublié l’idée. Mais honnêtement, j’ai regretté ma décision. La saison finie, c’était clair dans ma tête que j’allais revenir à Granby. »

S’il voulait tant revenir, dit-il, c’est parce qu’il avait véritablement apprécié son séjour avec les Inouk à l’âge de 17 ans.

« C’est une bonne organisation et une équipe qui est toujours compétitive. Aussi, c’est probablement la meilleure ville de hockey de la ligue. C’est pas compliqué, c’est la meilleure place pour jouer au niveau junior AAA. Non, je ne suis pas revenu à reculons... »

Ceci dit, il garde de bons souvenirs de ses deux saisons passées dans la LHJMQ.

« Ça reste la grosse ligue. Même si c’est loin, j’ai aimé mon année et demie au Cap-Breton. C’est tranquille, mais les gens aiment leur équipe. »

Baillargeon entend savourer sa dernière saison dans les rangs juniors. Il ne sait trop encore ce qu’il fera après son séjour avec les Inouk.

« Je ne suis pas rendu là. Je vais continuer à jouer au hockey, c’est clair. Pour le moment, ma priorité, c’est les Inouk. Avec l’équipe qu’on a et de la manière qu’on joue, on peut espérer aller très loin. »

*  *  *

Un week-end facile ?

Les Inouk ont rendez-vous avec les deux équipes avec le moins de victoires dans la LHJAAAQ en fin de semaine. Ils reçoivent le Révolution de Saint-Lazare (4-8-2) vendredi soir avant de visiter l’Arctic de Montréal-Nord (1-12) dimanche. Un week-end facile ? Faudra voir.

Derrière le banc, Patrice Bosch aura un nouvel adjoint, lui qui a arrêté son choix sur Jean-François Leblond pour remplacer Santino Pellegrino, parti diriger le pauvre Arctic. Originaire de Waterloo, Leblond était entraîneur au niveau midget espoir jusqu’à récemment.

« Jean-François est passionné et il connaît son hockey. C’est une belle acquisition », explique Bosch. 

Les Inouk ont par ailleurs acquis l’attaquant Félix Meunier, 18 ans, qui a disputé 13 matchs (deux buts, deux passes) avec le Titan d’Acadie-Bathurst cette saison. Joueur autonome, il a aussi joué 54 matchs rencontres avec les Tigres de Victoriaville en 2016-2017.

L’attaquant Félip Gosselin, qui n’avait disputé que sept matchs depuis le début de la saison, a pour sa part quitté l’équipe.

Gabriel Waked affrontera les tirs du Révolution vendredi.