Maxime Bourgeois dans l’uniforme de la formation U-17 de l’Académie de l’Impact.

L’heureux cheminement de Maxime Bourgeois

Sans faire de bruit, Maxime Bourgeois poursuit sa route au sein de l’Académie de l’Impact. Un cheminement qui, espère-t-il plus fort que jamais, le mènera jusqu’aux rangs professionnels du soccer.

« Je suis satisfait de ma progression, explique le défenseur central granbyen, qui évolue avec la formation U-17 de l’Académie. Je travaille fort, mais ce n’est pas une corvée puisque ma passion pour le soccer est toujours aussi forte. Je suis toujours content de me rendre au terrain… »

Pour une deuxième année de suite, Bourgeois est en nomination au titre de « joueur amateur, niveau excellence » en vue du Gala de la mi-temps de la Fédération de soccer du Québec.

« Ça fait toujours plaisir de voir son travail reconnu, reprend-il. Évidemment, on ne joue pas pour les honneurs individuels, mais ça fait un p’tit velours… »

Bourgeois est actuellement en cinquième secondaire à l’école Antoine-de-Saint-Exupéry dans l’arrondissement montréalais de Saint-Léonard. Il revient à Granby les week-ends, quand son horaire le lui permet, bien sûr.

La vie de pro

La formation U-17 de l’Académie de l’Impact évolue au sein de la United States Soccer Development Academy. Dans la division Nord-Est du circuit, les espoirs de l’Impact jouent ici et là en Nouvelle-Angleterre et dans l’État de New York. Mais une fois en séries éliminatoires, ils peuvent faire le tour du pays de Donald Trump.

« On mène pour ainsi dire la vie de professionnels, souligne Maxime Bourgeois. On se promène dans les aéroports, on dort à l’hôtel, on expérimente la vie qu’on espère mener plus tard. Ça demande de l’énergie, mais ça reste un privilège à notre âge. »

Après 11 matchs du calendrier régulier, entamé début septembre, l’Académie de l’Impact montre un dossier de sept victoires, trois défaites et une nulle et trône au sommet du classement de sa division. L’équipe est dirigée par Nicolas Gagnon et Patrice Bernier fait partie du personnel d’entraîneurs.

« Là, on est en pause jusqu’au mois de décembre, alors qu’on ira disputer un tournoi en Floride. La saison régulière reprend en mars et les séries ont lieu en été. En tout et partout, on joue une cinquantaine de matchs, ce qui nous prépare aussi au rythme que vivent les pros. »

Bourgeois veut jouer chez les pros et, comme il l’a déjà dit, il rêve à l’Impact.

« C’est une bonne organisation, qui fait beaucoup pour le soccer de chez nous. Et depuis l’arrivée de Rémi Garde comme entraîneur, on sent que le bateau s’en va dans la bonne direction. »

CONCACAF et Mondial

En 2017, Maxime Bourgeois avait représenté le Canada au championnat U-15 de la CONCACAF. Il espère maintenant qu’il sera du rendez-vous de 2019, cette fois au sein de la délégation U-17.

« Il n’y a rien de confirmé, mais j’imagine que je serai invité au camp de sélection, indique celui qui ne devrait pas trop s’inquiéter. Le championnat de la CONCACAF est un rendez-vous important, d’autant plus qu’il sert de qualification pour le championnat du monde U-17. »

L’ado, ça se voit et ça s’entend, est effectivement toujours animé par cette belle et grande passion pour le soccer. Et c’est le meilleur gage de réussite.