Un travail colossal est accompli depuis quatre ans par Jean-Marc Parenteau et son comité de la Classique de hockey scolaire.

L’héritage des Parenteau, Hallé, Lareau, Chrétien & cie

CHRONIQUE / Lorsque j’ai rencontré Jean-Marc Parenteau pour la première fois, j’ai tout de suite été conquis par sa bonne humeur contagieuse, son entregent et son extraordinaire sens de l’humour.

Remarquez que, conquis, je l’avais été tout autant quelques mois auparavant lors d’un rendez-vous, à l’école, avec sa conjointe, Danie Hallé. La maman suivait avec grand intérêt le parcours académique de ses deux enfants inscrits au Verbe Divin.  

Une femme calme, posée et dotée d’une très grande classe. Je me souviens de m’être dit alors que si j’adorais ainsi ses enfants, c’était sans doute parce qu’en grande partie, la pomme ne tombe jamais bien loin du pommier…

J’ai tout d’abord enseigné à cette passionnée d’équitation qu’est son aînée, Justine, pour ensuite transmettre mes connaissances au frère de celle-ci, le hockeyeur Jean-Michel, de quelques années son cadet. Dans les deux cas, les jeunes étaient heureux de fréquenter notre école et en étaient de fiers ambassadeurs.

Ce sentiment d’appartenance, ils l’ont sans doute transmis à leurs parents, car ceux-ci, en compagnie de plusieurs autres, ont décidé de s’impliquer en mettant sur pied la Classique de hockey scolaire. Celle-ci aura lieu cette année du mercredi 25 au dimanche 29 avril, et ce, pour une quatrième année.

Comme Jean-Michel est finissant cette année, tous les intervenants gravitant autour du programme hockey de l’école vous le diront, la Classique, c’est un peu l’héritage que laissera son père à sa gang.

Bien humblement, l’homme d’affaires qui travaille pour la multinationale Cargill comme  directeur des ventes préfèrera donner le crédit à son groupe qui chapeaute l’événement. « Avec la gang, alors qu’on jasait devant un verre, on a constaté que peu de tournois de hockey étaient consacrés au hockey scolaire, raconte Jean-Marc. On s’est donc dit qu’il devait bien y avoir une demande. C’est là qu’on a décidé de créer un événement ! »   

« Nos jeunes évoluaient alors dans la catégorie M-13, poursuit-il. Tout ce que j’ai fait, c’est de mobiliser des gens comme ma conjointe Danie (Hallé), les deux Bruno (Lareau et Chrétien), et plusieurs autres. Comme on souhaitait créer un happening qui sortait de l’ordinaire, il nous fallait trouver un partenaire — voire un commanditaire — important. On a donc présenté notre projet à l’entreprise Pneus Robert Bernard et ses dirigeants et ils y ont cru immédiatement. On est donc très chanceux de pouvoir compter sur leur collaboration, et ce, depuis nos tout débuts. »

« D’année en année, grâce à l’expérience des membres de notre comité, dont plusieurs sont issus du monde des affaires, on sent que l’on progresse énormément en tant qu’organisation. D’ailleurs, cette année, les équipes de l’extérieur pourront bénéficier d’un service de navette gratuit qui leur permettra de se déplacer entre l’aréna, les hôtels, les restaurants et le Zoo de Granby. Ce qui n’est pas peut dire », explique avec beaucoup de fierté le résident de Sainte-Cécile-de-Milton, qui travaille également en étroite collaboration avec Yannick Bourdouxhe, Nancy Gauthier, Jean-Philippe Grégoire, Daniel Fontaine, Nicolas Bussière et Daniel Leblanc, pour ne nommer que ceux-là. 

De plus, visionnaires, ces mêmes gens ont cru bon d’impliquer d’anciens élèves du Verbe Divin dans le projet, dont ceux qui ont récemment gradué. 

Le but est d’assurer une certaine relève. Si Jordan Chagnon (promotion 2013-2014) faisait partie du comité organisateur du premier Tournoi de golf des Titans (nom donné à toutes les équipes sportives du Verbe Divin) l’été dernier, on a aussi fait appel aux services de son ancien collègue, Anthony Girouard-Roy, en vue de compléter le comité organisateur.

Une expérience qui sera sans doute bénéfique pour le fils de l’animatrice et conférencière Martine Girouard. Celui-ci amorcera cet été des études en management sportif à HEC Montréal, tout en poursuivant son baccalauréat en enseignement de l’éducation physique à l’Université de Sherbrooke. 

Si la Classique de hockey scolaire est à la hauteur des efforts fournis par son comité organisateur, les amateurs de hockey de la région devraient assister, de leur côté, à tout un tournoi.

Sandrine Laliberté

ON EN JASE AUTOUR D’UN BON CIGARE

Parlant d’anciens élèves du Verbe Divin, j’ai eu le grand plaisir, lors de cette conférence de presse qui se tenait au Dooly’s de Granby, de renouer avec la très jolie Sandrine Laliberté, qui vient de se joindre à l’équipe de vente et marketing du Château Bromont. Inutile de vous mentionner que je souhaite la meilleure des chances dans son nouveau défi à cette jeune femme toujours souriante.

*****

En terminant, quand on jette un coup d’œil aux séries éliminatoires que se disputent présentement les équipes de l’Ouest — telles que San Jose et Anaheim, ainsi que Winnipeg et Minnesota — dans la LNH, ne pensez-vous pas que le Canadien est à des années lumières d’offrir des performances de la sorte, notamment sur le plan de l’implication physique ? 

 Dire qu’à Montréal, on tente par tous les moyens de nous faire croire qu’il existe une réelle parité dans le circuit Bettman. Les partisans ne sont quand même pas dupes…