L’été dernier, Réal Ledoux se préparait à être intronisé au Mémorial de la terre battue.

L’ex-champion de stock-car Réal Ledoux s’éteint à l’âge de 75 ans

Le monde du stock-car sur terre battue a perdu un autre de ceux qui ont marqué l’histoire du sport. Auteur de 224 victoires en carrière, le Granbyen Réal Ledoux­ est décédé des suites d’une courte maladie en fin de semaine à l’âge de 75 ans.

« C’est la personne au monde qui m’a le plus influencé, mentionne son fils Yannick, qui est lui-même pilote. Il a été un champion en piste, il a été un bon papa, un bon grand-papa, un ami, un conseiller et un confident. Je lui dois beaucoup. »

M. Ledoux était encore en bonne forme il y a quelques semaines à peine.

 « Tout est allé très rapidement. Dire que ça a commencé par ce qui semblait être une simple grippe. Ça nous rappelle qu’il faut profiter des gens qu’on aime pendant qu’ils sont là. »

Yannick a compris que son père n’allait pas bien alors que ce dernier a raté le programme auquel son fils participait en modifié à l’Autodrome Drummond.

« Même à son âge, il ne ratait aucune de mes courses et très peu de programmes de courses sur terre battue en général. Cette journée-­là, il avait une infection à l’œil et il ne voulait pas risquer de l’aggraver avec la poussière de la piste. Je comprenais très bien. Mais avoir su que ça allait dégénérer de cette façon… »

Réal Ledoux a encouragé son garçon aux courses (il a longtemps travaillé sur ses voitures), mais aussi au hockey et au soccer quand il était petit. Dans tout ce qu’il entreprenait, bref.

« Il était toujours là. En plus, j’étais fils unique, ce qui lui permettait de me donner toute son attention. Et encore récemment, il gardait mes enfants. C’était un homme de famille. »

Au Mémorial de la terre battue

En juin dernier, Réal Ledoux devait être intronisé au Mémorial de la terre battue. Malheureusement, la soirée a été remise — comme tant d’autres au cours de la dernière saison — en raison de la pluie. M. Ledoux sera finalement honoré à titre posthume en 2018.

« Mon père était vraiment très fier à l’idée de recevoir cet honneur. Après que la soirée ait été remise, il a lancé à la blague : “J’aurai pas le choix de vivre une année de plus pour être intronisé !” Finalement, il ne l’aura pas été de son vivant… »

En entrevue à La Voix de l’Est, Réal Ledoux avait déclaré qu’il était fébrile et excité en pensant à cette soirée toute spéciale.

« On a été des pionniers, on a ouvert le chemin aux pilotes d’aujourd’hui. On ne savait pas nécessairement ce qu’on faisait, mais on a eu de l’impact sur notre sport. Et c’est l’fun de savoir que le travail qu’on a accompli est reconnu », avait-il raconté.

Réal Ledoux a été champion en classe late model à Granby ainsi qu’à Drummondville et il a été le premier Québécois à remporter une épreuve au Canandaigua Speedway, dans l’État de New York. Il a couru de 1964 à 1982.

Une liturgie de la parole sera célébrée en sa mémoire samedi à compter de 17 h 30 en la chapelle du Complexe funéraire Girardot et Ménard. La famille recevra les témoignages de sympathie vendredi soir, au même salon, ainsi que samedi après-midi.