Avec sa troisième place au Challenge Extrême Élite, Marc-Antoine Camirand a obtenu un 23e podium en carrière au GP3R.

L’Estage remporte le Challenge Extrême Élite

Trois-Rivières — Antoine L’Estage et Andrew Ranger se sont livré une chaude lutte ce week-end à la série de côte à côte du Challenge Extrême Élite. Après avoir remporté toutes les rondes de qualification devant Ranger, L’Estage a dominé la finale pour partir avec la victoire.

Antoine L’Estage a été le plus rapide de cette série chaque fois qu’il s’est présenté sur la piste. Lors de la finale, il a enregistré un temps de 5:29:226, un peu plus d’une seconde devant Andrew Ranger. Le podium a été complété par Marc-Antoine Camirand, victime d’un tête à queue en finale.

«On aurait voulu faire des tests, mais on a eu des petits ennuis d’horaire. On est donc parti avec une longueur de retard. On a donc buché toute la fin de semaine», a soutenu Ranger après la course. «Ce n’est uniquement que lors de l’avant-dernière qualification que je me sentais bien dans la voiture. Je me sentais à l’aise et je faisais ce que je voulais. Mais il nous en a manqué un petit peu à la fin.»

Malgré tout, Ranger a toujours été dans la course, talonnant L’Estage. «Nous étions dans le coup et nous savions que nous avions une bonne machine», note Ranger.

Marc-Antoine Camirand a terminé au troisième rang de cette série. Il s’agit pour lui d’un 23e podium au GP3R, un record.

«On a sauvé les meubles», estime Camirand. «J’ai glissé au premier tour sur de l’huile laissée sur la piste lors de la finale précédente. Par la suite, mon moteur lâchait. J’ai été chanceux de même terminer.»

À la lumière de ses performances, L’Estage aurait pu avoir un volant en rallycross. Déjà expérimenté en rallycross RX Lite, Ranger aimerait bien faire un retour dans cette discipline. «C’est sûr. Je l’ai fait dans le passé et j’avais eu bien du fun. J’aimerais ça encore faire du rallycross», avoue Ranger.

Marc-Antoine Camirand est aussi très intéressé par le rallycross. «Je ne haïrais pas ça du tout. Il y a tellement de puissance dans ces voitures», soutient le pilote de Saint-Léonard-d’Aston.

«Si l’occasion se présente, je ne dirais pas non. Mais c’est toujours le budget qui vient en ligne de compte.»