Joakim Bergeron (à gauche) et Benjamin Corbeil sont devenus les deux premiers joueurs de l’histoire de la division juvénile du Réseau du sport étudiant du Québec à amasser 100 points.

Les rois du hockey scolaire!

L’entraîneur des Gouverneurs du hockey juvénile de Massey-Vanier, Patrick Bergeron, affirme qu’ils se sentent sur la patinoire, qu’ils sont unis par une complicité tout à fait hors-norme. On a tendance à le croire quand on regarde les statistiques présentées par le duo cette saison.

Benjamin Corbeil et Joakim Bergeron sont devenus les deux premiers joueurs de l’histoire de la division juvénile du Réseau du sport étudiant du Québec à amasser 100 points et Bergeron est devenu le premier à marquer 50 buts. Ce qui a fortement aidé leur équipe, on s’entend, à remporter le championnat du calendrier régulier grâce à un dossier de 27 victoires, quatre défaites et un verdict nul.

« On a joué ensemble dans le MAHG, puis dans le novice, et on a toujours été de grands, grands amis, explique Corbeil, qui a réussi 46 buts et 60 passes. Sur la glace, c’est vrai qu’on se sent, c’est vrai qu’on n’a même pas besoin de se regarder pour savoir où est l’autre. Il y a quelque chose de magique dans notre affaire ! »

« On s’attendait à connaître une bonne saison, mais jamais à ce point-là ! », enchaîne Bergeron, qui a réussi 52 buts et 48 passes.

Les deux rendront aussi hommage à leurs coéquipiers, « sans qui rien de tout ça n’aurait été possible », clame-t-il en cœur.

Corbeil, qui joue au centre, et Bergeron, qui joue à l’aile droite, en seront à leurs derniers milles au hockey scolaire lors des prochaines séries éliminatoires. L’automne prochain, le premier se tournera vers le hockey junior et le second, vers le hockey collégial.

« Mon but est de percer l’alignement des Voltigeurs de Drummondville, reprend le Granbyen Corbeil, un choix de huitième ronde de l’équipe de la LHJMQ. J’ai pris énormément confiance cette saison et je crois en mes chances. »

« Je ne sais pas ce que mon avenir au hockey me réserve et, dans cet esprit-là, je trouve que le hockey collégial est une belle option », ajoute le Roxtonnais Bergeron, qui s’est déjà entendu avec les Patriotes de Saint-Laurent.

Dans la Ligue junior AAA, les droits de Corbeil appartiennent aux Cobras de Terrebonne alors que ceux de Bergeron sont détenus par les Inouk. Bergeron est incidemment le fils de Patrick, adjoint de Patrice Bosch, et son entraîneur à Massey-Vanier.

« L’idée d’être séparés ne nous fait pas plaisir, mais ça fait partie du hockey, explique Corbeil en faisant un clin d’œil à Bergeron. Peut-être qu’on se retrouvera un jour sur la patinoire, mais on sait que, qu’importe où nous serons, nous resterons de grands, grands amis. Joakim, c’est comme mon frère. »

Comme St-Louis et Perrin 
Patrick Bergeron en a vu du hockey dans sa vie. Il a joué et il a ensuite coaché un peu partout. Et la complicité qui unit son fils à Benjamin Corbeil sur la glace lui rappelle un certain duo qui a fait l’histoire.

« Joakim et Benjamin me rappellent Martin St-Louis et Éric Perrin, avec qui j’ai joué dans le midget AAA avec les Régents de Laval-Laurentides-Lanaudière. Ces gars-là se sentaient, c’était les meilleurs amis du monde, c’était très spécial. Joakim et Benjamin, ça ressemble vraiment à ça. »

Les deux ont atteint la Ligue nationale, même si Perrin n’a pas connu la carrière de St-Louis. On ne sait pas où Corbeil, qui fait 5’11’’ et 150 livres, et Bergeron, qui fait 5’7’’ et 150 livres, se rendront, mais ils possèdent tous les deux de très belles habilités.

« Pour le moment, on a du plaisir. C’est le plus important », termine Joakim Bergeron.