Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Plus de 150 jeunes sont venus jouer au hockey ou faire du patinage artistique au Centre sportif Léonard-Grondin samedi.
Plus de 150 jeunes sont venus jouer au hockey ou faire du patinage artistique au Centre sportif Léonard-Grondin samedi.

Les patineurs contents de retrouver l’entraînement

Philippe Julien-Bougie
Philippe Julien-Bougie
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Une rangée de parents, pour la plupart des pères, attendent patiemment leurs enfants dehors devant le Centre sportif Léonard-Grondin, malgré la pluie. Enfin, les hockeyeurs peuvent enfiler leurs patins et participer à des entraînements en équipe. « En zone orange, des groupes de maximum huit personnes pourront [dès le 26 mars] faire des activités à l’intérieur », annonçait récemment la ministre responsable des sports et loisirs, Isabelle Charest. Samedi matin, cette décision semblait en réjouir plus d’un.

Le sourire fendu jusqu’aux oreilles, deux jeunes joueurs atome AA, William et Christopher, viennent de terminer leur première pratique en quelques mois.

« Il n’a pas dormi de la nuit tellement qu’il était excité de revenir jouer, s’esclaffe le père de Christopher. Ce n’est pas grave si on ne peut pas aller les voir en dedans. On est juste content de voir qu’ils puissent jouer. » À son avis, les parents qui «chialent» de ne pas pouvoir entrer dans l’aréna sont égocentriques.

Lorsqu’on lui demande s’il a hâte d’aller jouer, Zachary, atome AA aussi, n’hésite pas une seconde: «C’est sûr que j’ai hâte».

En tout, plus de 150 jeunes sont venus jouer au hockey ou faire du patinage artistique au Centre sportif Léonard-Grondin, samedi.

Zachary et son père se rendent à l’aréna.

Procédures claires et efficaces

« C’est toute une organisation, ils nous ont envoyé un courriel avec toutes les mesures sanitaires à respecter. Je travaille dans la fonction publique et j’étais impressionné par leur rigueur », soutient le père de William. Parmi les mesures à respecter, les jeunes n’ont pas accès au vestiaire. Ils arrivent à l’aréna à moitié équipé. Des chaises sont disposées dans les corridors pour y chausser leurs patins.

« Trois appariteurs à l’accueil dirigent les gens comme au restaurant et ils s’assurent que tout le monde respecte les règles sanitaires », explique le chef des sports de glace, Guy Patenaude. Du nombre, Judith Bazinet, figure connue de l’aréna, est postée à l’entrée. « Les jeunes sont très contents de revenir », assure-t-elle.

Une baisse de 50 % s’observe tout de même au niveau des inscriptions, autant au hockey qu’au patinage artistique. Malgré tout, presque toutes les plages horaires sont réservées jusqu’à la mi-mai.

Christopher et William