Le calendrier très particulier de cette série fera en sorte que les Maroons disputeraient les matchs no. 6 et 7 à domicile, ce qui est un avantage plutôt intéressant.

Les Maroons ne voulaient pas perdre leur samedi

Le premier match de la série opposant les Maroons au Condor aurait pu être disputé à l'aréna Jacques-Chagnon vendredi soir. Mais il aurait commencé à 21 h 30!
«Les dirigeants de la Ligue de hockey senior de la Mauricie veulent absolument que les demi-finales se jouent sur un maximum de trois week-ends, ce qui devient impossible à partir du moment où on commence la série le samedi et que le duel se prolonge au-delà de cinq matchs, explique l'entraîneur et directeur général des Maroons, Michel Deschamps. L'aréna Jacques-Chagnon aurait été disponible vendredi, mais pas avant 21 h. Est-ce qu'on avait envie de convier nos partisans à une rencontre à 21 h 30 et, du même coup, perdre notre samedi soir? La réponse est non.»
Le calendrier très particulier de cette série fera en sorte que les Maroons disputeraient les matchs no. 6 et 7 à domicile, ce qui est un avantage plutôt intéressant. Par contre, c'est un dernier week-end de trois matchs en autant de jours qui attendra les deux équipes si jamais la série se rend à la limite.
«J'espère qu'on ne se rendra pas jusque-là, reprend Deschamps. Mais tout le monde sait que ça s'annonce difficile.»
Deschamps respecte le Condor, en particulier ses attaquants Jonathan Dick, Mathieu Tremblay et Alec-Jon Banville et son gardien Alexandre Rajotte.
«Saint-Cyrille a plus de profondeur que Lac-Mégantic. C'est une meilleure équipe que le Turmel. Il va falloir élever notre jeu d'un cran.»
 Les Maroons débarqueront à Saint-Cyrille avec essentiellement la même formation que lors du dernier match à Mégantic, si ce n'est que Mike Ménard va céder sa place à Mathieu Papineau, qui était suspendu un match.
«Mike a fait son travail à Mégantic. Et il n'est pas impossible qu'on le revoie éventuellement», précise Deschamps.