Mathieu Papineau a amassé 15 points, donc sept buts, en autant de matchs avec Waterloo cette saison.

Les Maroons envoient Papineau à La Tuque

Un dossier important a été réglé chez les Maroons lundi matin. L’attaquant Mathieu Papineau a finalement été échangé aux Loups de La Tuque en retour de choix de 1er, 4e et 5e tour au repêchage­ de 2018.

« La Tuque était l’endroit où Mathieu voulait se faire échanger. Donc on a essayé de l’accommoder, tout en obtenant le maximum en retour », explique Miguel Fortin, entraîneur-chef et directeur général associé chez les Maroons. 

Fortin souligne que son équipe disposait de latitude en vue du prochain repêchage, ayant cédé plusieurs choix dans des transactions. 

« C’est quand même un aspect important, surtout avec l’avenir de la Ligue nord-américaine qui est incertain. Il va y avoir beaucoup de bons joueurs disponibles », anticipe-t-il.

« Oui, on veut gagner cette année. On croit qu’on a une équipe pour se rendre loin. Mais il faut quand même penser à l’avenir également. »

N’empêche que les Maroons ont perdu un attaquant de qualité lundi. Papineau a amassé 15 points, dont sept buts, en autant de matchs avec Waterloo cette saison. Il a notamment aidé l’équipe à atteindre la finale de la Ligue de hockey senior A de la Mauricie en 2016. 

Miguel Fortin estime toutefois que des joueurs comme Alexis Guilbault­ et Patrick Tremblay seront en mesure de prendre le relais. Il espère également le retour à temps plein du prolifique Maxime Guyon. 

 « On n’a pas vraiment de top-6 en tant que tel, mais plutôt un top-9. (...) L’attaque est même une de nos forces. C’est pourquoi on pouvait se permettre d’échanger Mathieu sans trop faire mal à notre équipe », affirme Fortin.

Une décision critiquée

Rappelons que Papineau n’a pas apprécié la transaction qui a envoyé son beau-frère Alex Labrosse avec le Climatisation Cloutier de Cap-de-la-Madeleine à la mi-décembre. Il avait d’ailleurs exprimé son désaccord sur les réseaux sociaux. Depuis, le torchon­ brûlait entre les deux parties.

« Je ne dénigrais pas l’organisation, au contraire. Daniel [Roy] et toute l’équipe des Maroons, ce sont vraiment de très bonnes personnes. Mais parfois dans la vie, on n’est pas d’accord sur certaines choses », précise l’ailier de 27 ans.

« Miguel me parlait depuis longtemps de peut-être échanger Alex. Je lui disais non. Tous les gars lui disaient non. Mais il a décidé de le faire quand même. [...] Je trouvais qu’avec cet échange-là, on perdait vraiment quelque chose de gros. »

Papineau croit que la grande patinoire du Colisée Denis-Morel, le domicile des Loups, conviendra bien à son style. « Et des fois, juste un changement d’air, ça peut faire du bien. Mais je ne pars pas fâché contre personne », ajoute-t-il.

Papineau souligne que, considérant le classement actuel, La Tuque (2e) et Waterloo (5e à égalité) pourraient bien s’affronter lors des séries éliminatoires. Un scénario qui serait assurément des plus intéressants...