Copropriétaire des Inouk, Marco Bernard confirme que des discussions «sérieuses» sont en cours afin de vendre l’équipe à un groupe provenant de l’extérieur de la région, sans dévoiler de qui il s’agit.
Copropriétaire des Inouk, Marco Bernard confirme que des discussions «sérieuses» sont en cours afin de vendre l’équipe à un groupe provenant de l’extérieur de la région, sans dévoiler de qui il s’agit.

Les Inouk vendus à un groupe de l’extérieur de la région ?

Copropriétaire des Inouk, Marco Bernard confirme que des discussions «sérieuses» sont en cours afin de vendre l’équipe à un groupe provenant de l’extérieur de la région, sans dévoiler de qui il s’agit. Bernard souhaite ardemment que la concession de la LHJAAAQ demeure à Granby, mais il ne s’agit pas d’un réel critère dans le processus.

«Au sein du groupe de propriétaires, nous sommes tous touchés par la crise de la COVID-19 dans nos vies personnelles et professionnelles. Ça amène beaucoup d’incertitude. De vendre l’équipe éventuellement, ça éviterait d’avoir une chose de plus à gérer. On sait qu’on en aura déjà plein les bras…», a-t-il expliqué.

Bernard raconte que les pourparlers ont débuté l’automne dernier, avant de «tomber au neutre» en début d’année. Ils ont toutefois été relancés au cours des dernières semaines.

«Il reste des informations à livrer de notre côté», a-t-il précisé.

«On garde la porte ouverte si un groupe local se manifeste prochainement. Ce serait vraiment dommage si l’équipe devait quitter Granby. On la tient à bout de bras depuis 15 ans. Mais actuellement, notre priorité est de pouvoir gérer nos autres entreprises adéquatement.»

Rappelons que les Inouk étaient administrés par un organisme sans but lucratif (OSBL) qualifié d’indépendant la saison dernière. Président de l'OSBL, Richard Morasse savait que les propriétaires désiraient vendre l'équipe.

«Par contre, je ne connais pas les acheteurs potentiels, je n'ai pas été invité à la table», a-t-il ajouté du même souffle. 

«À un certain point, l'OSBL était intéressé à acheter le club, mais c'est certain qu'on ne déposera pas une offre demain matin. La dernière année a été très difficile. Il y a eu beaucoup de changements, on a vécu toutes sortes d'émotion. Disons que le contexte n'est pas idéal.»

Le département des opérations hockey n’a pas été informé des démarches en cours, tout comme le maire de Granby, Pascal Bonin.

«Au cours des dernières semaines, j’ai principalement été occupé par la crise de la COVID-19. Mais à première vue, la Ville n’intervient pas dans ce genre dossier», a-t-il indiqué.

De fidèles partenaires

Puisque plusieurs équipes de hockey appartiennent à des établissements scolaires, Marco Bernard aurait évoqué cette possibilité avec les dirigeants du Cégep de Granby, qui se seraient montrés prudents étant donné la crise actuelle. Le Cégep demeurerait toutefois un partenaire important si les Inouk restent à Granby.

«Nos commanditaires sont aussi très fidèles depuis nos débuts. Ça joue en faveur de garder l’équipe à Granby, mais on ne peut pas s’engager là-dessus », a répété Bernard.

Selon le Registraire des entreprises du Québec, le groupe d’actionnaires comprend aussi Éric Bernard, Michel Bernard, Bobby Crawford, Diane Grandmont, Brigitte Matthews, Ian Matthews et Marc-Olivier Vary.