Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les Inouk proposeront bientôt un nouveau programme de développement du hockey féminin en partenariat avec l’Association de Hockey Jeunesse de Granby.
Les Inouk proposeront bientôt un nouveau programme de développement du hockey féminin en partenariat avec l’Association de Hockey Jeunesse de Granby.

Les Inouk s’impliquent dans le développement du hockey féminin

Jonathan Gagnon
Jonathan Gagnon
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Les Inouk ont récemment annoncé une nouvelle initiative visant à accroitre leur empreinte dans leur collectivité. Un nouveau programme de développement du hockey féminin verra bientôt le jour en partenariat avec l’Association de Hockey Jeunesse de Granby.

Trois séances d’initiation seront d’abord offertes gratuitement aux jeunes du secteur Yamaska-Missisquoi. Au besoin, de l’équipement sera d’ailleurs alors fourni aux intéressées.

On enchaînera avec un camp estival comprenant de trois à cinq entrainements, toujours au Centre sportif Léonard-Grondin. En plus de dépêcher leur personnel hockey régulier, les Inouk devraient aussi collaborer avec des joueuses des niveaux collégial et universitaire, que ce soit au Canada ou encore au sud de la frontière.

Le programme sera complété par des cliniques mensuelles, de septembre à février, ainsi que «deux conférences virtuelles avec des modèles féminins».

La Ville de Granby couvrira jusqu’à 50 % — et pour un maximum d’environ 2500 $ — des dépenses reliées à ce projet dans le cadre de son Programme de soutien pour les projets visant l’égalité entre les femmes et les hommes. Les Inouk ne feront aucun profit et offriront donc une centaine d’heures d’implication bénévole.

«Quand il y a eu le changement de propriétaire, on a mentionné notre intention de rapprocher le club de sa communauté. Quand on a vu l’appel public du hockey mineur, qui cherchait de l’aide, on a sauté sur l’occasion», explique Rémi Robert, copropriétaire et directeur général des Inouk.

«Notre organisation croit fermement au développement du hockey féminin. On pense aussi que tout le monde devrait pouvoir pratiquer le sport de son choix.»

À la recherche d’une entraîneuse

Question de passer de la parole aux actes, les Inouk espèrent éventuellement greffer une femme à leur groupe d’instructeurs.

«Très honnêtement, c’est plus difficile qu’on pensait. Les recherches se poursuivent puisqu’on n’a pas trouvé [la bonne candidate]. Pour nous, ça ne fait pas de doute que les femmes peuvent apporter leur contribution au hockey masculin», affirme Robert.

Le début du programme féminin coïncidera avec le traditionnel camp des recrues à Granby. Le groupe principal des Inouk prendra ensuite le relais à partir du 20 août. Rémi Robert avoue que le niveau d’excitation commence à monter dans l’entourage de l’équipe, qui amorcera bientôt un nouveau chapitre dans son histoire.

«On est plutôt optimistes considérant l’évolution de la pandémie dernièrement. La LHJAAAQ et ses équipes ont développé un bon plan de relance, et on a très hâte d’aller de l’avant.