Il semble que Thomas Caron n’aurait pas dû affronter le Collège Français de Longueuil le 23 septembre.

Les Inouk se voient retirer trois victoires

Les Inouk n’ont pas joué mardi, mais ils ont connu une très, très mauvaise journée. Assurément leur pire de la saison.

Trois des matchs que les Inouk avaient remportés ont été transformés en défaite mardi. Les trois en raison de la présence jugée inadmissible de deux joueurs dans leur alignement.

On croyait le dossier de Nathan Martel mort et enterré depuis que le comité d’appel de la Ligue de hockey junior AAA du Québec avait renversé la décision du circuit qui, au départ, avait décidé de retirer les victoires remportées par les Inouk le 7 septembre contre le Révolution du Lac Saint-Louis et le 9 septembre face aux Cobras de Terrebonne. Mais voilà que le dossier s’est retrouvé sur le bureau du comité de discipline de Hockey Québec, qui a renversé la décision du comité d’appel de la LHJAAAQ !

Mais on apprend qu’il y avait un autre dossier litigieux. Celui de Thomas Caron, dont la présence dans l’alignement des Inouk le 23 septembre face au Collège Français de Longueuil a été contestée. Cette fois, c’est le comité d’appel de la LHJAAAQ qui a renversé la décision du circuit et qui a décidé que la victoire obtenue par les joueurs de Patrice Bosch cette journée-là devait leur être retirée.

Au lieu d’avoir une fiche de 13 victoires et trois défaites, les Inouk se retrouvent donc avec une fiche de 10 gains et six revers. Et il faut ajouter une victoire au Révolution, aux Cobras et au Collège Français.

« Honnêtement, je n’aime pas que des matchs de hockey se gagnent de cette façon, a commenté le commissaire de la LHJAAAQ, Jacques Laporte, qui commence à en avoir assez de ces histoires. Ce sont les Cobras qui ont amené le dossier de Martel devant le comité de discipline de Hockey Québec et c’est le Collège Français qui a déposé un protêt à la suite de leur défaite du 23 septembre face aux Inouk. Pour le reste, je ne ferai pas d’autres commentaires. »

Laporte a toutefois ajouté que les Inouk sont dans leurs droits d’aller à leur tour devant le comité de discipline de Hockey Québec dans le dossier Caron.

Thomas Caron a écopé d’une suspension d’un match à la suite d’une rencontre préparatoire des Remparts de Québec, son équipe dans la LHJMQ, au mois d’août. Puisqu’il s’est rapporté aux Inouk immédiatement après, Patrice Bosch l’a rayé de son alignement le match suivant, question qu’il purge sa suspension. Mais selon les gens du Collège Français, il aurait dû purger sa suspension lors d’un match de saison régulière et était donc inadmissible à les affronter le 23 septembre.

Ce dernier dossier est particulièrement complexe.

« Je ne comprends pas, on ne comprend pas. Nous, on sait qu’on n’a rien fait de mal », mentionne le président des Inouk, Marco Bernard.

Bernard : « On ne comprend pas »

C’est le président Marco Bernard qui s’est fait le porte-parole des Inouk mardi. Calme, l’homme a néanmoins avoué être très surpris par les dernières nouvelles, des nouvelles qui font très mal à son équipe.

« Je ne comprends pas, on ne comprend pas, a-t-il commencé par dire. Nous, on sait qu’on n’a rien fait de mal. Dans le cas de Nathan Martel, c’est particulièrement décevant parce que nous n’avons pas eu la chance de nous faire entendre par le comité de discipline de Hockey Québec. »

Bernard et les gens des Inouk vont maintenant évaluer leurs options.

« On va revoir à nouveau les deux dossiers et voir qu’est-ce qu’on peut faire. Si ça coûte des sous, ça coûtera des sous ! »

Quand on a demandé à Bernard s’il trouve que ça joue dur dans la LHJAAAQ, il a hésité un instant avant de répondre.

« Oui, ça joue dur. Mais quand tu sais de quelles organisations ça vient, c’est pas mal moins surprenant… »