Les Inouk seront encore rois et maîtres à l’intérieur du centre sportif Léonard-Grondin la saison prochaine.

Les Inouk protégés par leur entente… pour le moment

Le président des Inouk, Marco Bernard, avait raison : l’entente qui lie son équipe aux autorités municipales de Granby fait en sorte que la formation a un droit de véto sur l’arrivée d’un autre club de hockey majeur au centre sportif Léonard-Grondin. Toutefois, le conseiller municipal et responsable des dossiers à caractère sportif à l’hôtel de ville, Stéphane Giard, affirme que le contrat sera revu en prévision de la saison 2019-2020.

En clair, ça veut dire que la Ligue nord-américaine, qui rêve à Granby, ne pourra installer une équipe en ville la saison prochaine. Mais ça veut également dire que la porte est ouverte en vue de la campagne suivante.

« Nous allons respecter l’entente actuelle que nous avons avec les Inouk, mais il y aura des changements par la suite, a expliqué M. Girard, lundi. Notre objectif, à la Ville, c’est que l’utilisation du centre sportif soit maximisée. Comme c’est le cas dans d’autres villes, où on retrouve plus d’une équipe majeure à l’intérieur de l’aréna. »

Dans la même veine que les propos de M. Giard, on peut citer les exemples de Saint-Hyacinthe, où le hockey collégial et le midget AAA cohabitent, de même que Sorel-Tracy, où la LNAH et le collégial se partagent les installations, ainsi que Rivière-du-Loup, où la LNAH et le midget AAA semblent faire bon ménage à l’intérieur du même aréna.

En entrevue à La Voix de l’Est, il y a deux semaines, Marco Bernard mentionnait que l’entente liant les Inouk à la Ville avait été renouvelée automatiquement puisque l’équipe de la Ligue junior AAA n’avait demandé aucun ajout au contrat qui venait de se terminer. Le conseiller Giard n’a pas voulu préciser si l’entente avait bel et bien été renouvelée automatiquement, mais il a répété que le contrat allait être respecté par la Ville.

La Ligue nord-américaine, on le sait, veut installer une équipe à Granby depuis un moment. Mais voilà que des gens décrits il y a deux semaines par le commissaire Richard Martel comme étant « sérieux et crédibles » ont demandé le cahier de charges aux dirigeants du circuit et ont même discuté avec les autorités municipales de leur désir d’amener la LNAH à Granby. Bref, le projet est bien davantage qu’une simple rumeur.

Ex-actionnaire des Inouk et propriétaire du Dooly’s, Christian Roy, qui opère aussi le restaurant du centre sportif Léonard-Grondin, est impliqué dans le projet, bien qu’il se définisse simplement comme étant un « facilitateur ». Au cours des derniers jours, on a appris que les gens « sérieux et crédibles » dont Martel parlait étaient toutefois de l’extérieur de Granby.

Lundi soir, Martel devait faire le point sur les projets d’expansion de la LNAH avec ses gouverneurs. Il s’agissait de sa dernière réunion à titre de commissaire puisqu’il tentera prochainement de se faire élire sous la bannière conservatrice dans sa région du Saguenay-Lac-Saint-Jean.