Marc-Antoine Dufour a bloqué 28 des 29 tirs dirigés vers lui par les Braves.

Les Inouk poussent les Braves dans les câbles

« Aujourd’hui, on était concentrés, on a mis le focus sur les bonnes affaires. On a joué un bon match et, cette fois, on méritait de gagner. »

Patrice Bosch était de bien meilleure humeur à la suite du quatrième match de la série opposant son équipe aux Braves de Valleyfield qu’à la suite du troisième. Normal puisque les Inouk l’ont emporté 3-1, dimanche après-midi, devant près de 800 spectateurs à l’aréna Salaberry.

Les Inouk ont gagné 3-1 et ils mènent la série par la même marque. Ils pourraient envoyer les Braves en vacances mardi soir au centre sportif Léonard-Grondin. 

« J’ai aimé la façon dont on a rebondi à la suite de notre performance de l’autre soir, a repris Bosch. Au lieu de chialer après les officiels, on a fait ce qu’on avait à faire pour l’emporter. Mais encore une fois, il a fallu se battre parce que les Braves sont tellement coriaces. »

L’entraîneur a souligné au crayon rouge la prestation de son gardien Marc-Antoine Dufour, qui a bloqué 28 lancers. Il a cédé uniquement devant Alexandre Larose. 

« Le seul mot qui me vient en tête, c’est outstanding. Vraiment, il a été exceptionnel. Il y a le nombre de tirs, mais aussi la qualité des attaques et des lancers. Marc-Antoine voyait tout aujourd’hui. »

Bouchard: «Un bon feeling»

La recrue Raphaël Bouchard a marqué deux buts — ses deux premiers en carrière en éliminatoires —, d’abord celui créant l’égalité en fin de deuxième période et ensuite celui, dans un filet désert en fin de troisième, qui confirmait la victoire des Granbyens. Patrice Demuy, avec son premier de la série, a inscrit le but gagnant. 

« Marquer deux buts dans un match aussi important, c’est un bon feeling, a dit Bouchard. Cette partie-là, nous n’avions pas le choix, il fallait la gagner. »

Bouchard a eu de bons mots pour ses compagnies de trio William Leblanc et Tristan Belliveau. Et Bosch, lui, a vanté Belliveau. 

« Il est très, très fiable défensivement. Mais honnêtement, tout le monde a été très responsable en défensive aujourd’hui. Tous ont eu leur mot à dire dans la victoire. »

Le désavantage numérique a été parfait, écoulant avec succès six pénalités mineures. Si on ne peut pas vraiment parler d’indiscipline, il n’en reste pas moins que les Inouk ont été punis trois fois plus souvent que les Braves. 

Anthony Wojcik, qui avait subi les foudres de Bosch à la suite de la défaite de vendredi, a écopé d’une double mineure en troisième. 

« Je n’ai pas aimé cette pénalité, mais je n’ai rien à redire du travail d’Anthony pour le reste. Il doit gérer ses émotions, mais c’est un gros bonhomme et il apporte véritablement quelque chose d’unique à notre équipe. »

Jacob Graveline, blessé à un genou, Alexis Chicoine et Jordan Roy, simplement laissés de côté, ainsi qu’Hubert Cyrenne-Blanchard n’étaient pas en uniforme. Le statut du défenseur Cyrenne-Blanchard est plutôt nébuleux. 

Les Inouk ont intérêt à en finir le plus vite possible avec les Braves, le Collège Français de Longueuil, qu’ils affronteront en demi-finale s’ils triomphent de Valleyfield, ayant éliminé les Rangers de Montréal-Est dimanche soir. De la même façon, soit en quatre matchs, les Cobras de Terrebonne ont aussi envoyé les Forts de Chambly en vacances dimanche.