Malgré une récolte de 40 lancers contre 20, les Inouk ont encaissé la défaite face aux Flames dimanche.

Les Inouk ne peuvent maîtriser les Flames

Bien qu’ils aient décoché deux fois plus de lancers que les Flames, les Inouk se sont inclinés 5-4 en fusillade dimanche après-midi à Gatineau.

Meilleur pointeur de la LHJAAAQ jusqu’à présent, Philippe­ Pelletier-Leblanc a été le seul buteur en tirs de barrage. Maxime Borduas, William Leblanc et Patrice Demuy ont raté leur tentative dans le camp granbyen. 

L’entraîneur-chef Patrice Bosch estime qu’un manque d’efficacité sur les unités spéciales a coulé son équipe. « En début de troisième période, on a eu un cinq minutes d’avantage numérique et on n’a pas été capables de marquer », souligne-t-il. 

Départ en demi-teinte

Les Inouk ont ouvert la marque à peine 51 secondes après le début de la rencontre, alors que Tristan Béliveau a inscrit son cinquième filet de la saison. Les visiteurs tiraient néanmoins de l’arrière 2-1 après 20 minutes de jeu. « Malgré un but très tôt, je ne trouve pas qu’on a connu un bon début de match. Je nous ai sentis très désorganisés en première période », souligne Bosch. 

Les Granbyens ont ensuite explosé avec une poussée de trois buts lors du second vingt — l’œuvre de Leblanc, Demuy puis de Félip Bourdeau. 

Les Flames n’avaient pas dit leur dernier mot. Pierre-Olivier­ Bourque et Marc-André Gauvreau­ ont successivement déjoué Charles-Antoine Poirier-Turcot pour créer l’impasse (4-4) en troisième­ période. 

La prolongation n’a évidemment pas fait de maître. 

Le gardien Alexandre Labrêche a finalement signé la victoire grâce à une performance de 36 arrêts. 

À l’autre bout de la glace, Poirier-Turcot a cédé quatre fois sur 20 tirs. « Il n’a rien à se reprocher. C’est plus la façon qu’on a joué devant lui (qui a fait défaut) », assure Patrice Bosch. 

Complice sur trois buts des Flames, le capitaine Joey Brennan­ a mérité la première étoile du match. 

Trois revers consécutifs 

Puisque les Inouk se sont inclinés 5-2 à Salaberry-de-Valleyfield­ jeudi et 6-5 (en prolongation) à Longueuil vendredi, l’équipe n’a donc rapporté que deux points sur une possibilité de six. « Ce n’est pas ce qu’on voulait, concède Bosch. Il va falloir remettre nos bottes de travail cette semaine, qu’on se prépare pour les deux prochains matchs. »

Les Granbyens bénéficieront d’abord de quatre jours de congé. Maintenant dirigé par Santino Pelligrino, l’Arctic de Saint-Léonard­ s’amènera au centre sportif Léonard-Grondin vendredi­ soir.