De la même façon que les Inouk l’ont fait avec les Cobras, Louis-Philippe Denis a devancé Olivier Desrochers sur cette séquence captée en première période.

Les Inouk forcent un septième match

Un septième et décisif match sera nécessaire afin de déterminer un gagnant entre les Inouk et les Cobras. Acculés au mur, les Granbyens ont profité du réveil de William Leblanc et l’ont emporté 3-2 jeudi soir au centre sportif Léonard-Grondin.

Le match ultime sera disputé dès vendredi soir à la Cité du sport de Terrebonne. Il faudra voir laquelle des deux équipes sera la plus affectée par ce troisième duel en autant de soirs.

N’empêche qu’il y avait de la nervosité dans l’air en fin de soirée jeudi. En avance 3-0 après deux périodes, les Inouk ont vu les Cobras s’approcher à un seul but avec moins de sept minutes à faire en troisième. Les visiteurs ont mis de la pression, de la pression en masse, et Marc-Antoine Dufour a dû effectuer quelques gros arrêts avant que la victoire des locaux ne soit confirmée.

Mais la meilleure nouvelle, dans le camp des Inouk, a certainement été la performance de Leblanc, qui a rassuré bien des gens, à commencer par le principal intéressé. Will The Thrill a marqué deux buts, à 10 : 19 en avantage numérique puis à 16 : 53, ce qui constituait ses deux premiers de la série (10e et 11e au total) et, mieux encore, ses deux premiers points de la série.

Après avoir déjoué Samuel Gagnon une première fois, Leblanc a mimé le fait qu’une tonne de pression venait de tomber de ses épaules. Ça voulait tout dire.

« Ça a fait du bien, c’est sûr, a-t-il expliqué après le match. Toute la journée, je me suis mis dans une ambiance positive afin de chasser la pression. Ça a aidé. »

Louis-Philippe Denis, qui connaissait aussi une série très tranquille avec un seul but après cinq matchs, a réussi l’autre filet des gagnants. Notons que Leblanc et Denis avaient été séparés par Patrice Bosch, le premier évoluant avec Félip Bourdeau et Tristan Belliveau et le second avec Nicolas Roy et Tristan Gagnon. Le changement a été payant.

Vincent Lampron, qui avait mal paru à Terrebonne la veille en écopant de trois pénalités, dont deux qui avaient fini par profiter aux Cobras, a amassé deux passes jeudi.

« Je ne voulais absolument pas que ma carrière junior se termine ce soir, a dit le joueur de 20 ans. Là, on s’en va jouer un septième match et ça devient très excitant. »

Dufour a eu le meilleur sur Gagnon devant le filet. Le premier a bloqué 42 tirs et le deuxième, 31. Samuel Beck et Charles Farmer ont été les seuls à battre le numéro 27.

Jérémie Major était de retour dans l’alignement des Inouk, mais Jacob Graveline avait été laissé de côté au profit de Tristan Chagnon. Hubert Cyrenne-Blanchard et Raphaël Bouchard ont passé un autre tour.

Une foule de 538 spectateurs a assisté au match. On s’attendait à mieux.

Dubuc : « De la nervosité »

Robert Dubuc aurait tellement voulu que la série prenne fin jeudi soir. Mais ses jeunes Cobras, a-t-il dit, ont entrepris le match nerveusement.

« Les Inouk sont sortis avec force, c’est vrai, mais mes jeunes à moi étaient très nerveux et l’exécution était nulle en première, a-t-il mentionné. On a commencé à jouer au hockey en deuxième et, en troisième, on a bien joué et on a passé très proche de pousser le match en prolongation. Maintenant, on va se concentrer sur le septième match. Pis c’est toujours l’fun, un septième match… »

Patrice Bosch, lui, avait clairement apprécié sa soirée.

« On a été en contrôle une grosse partie du match et ça, j’ai aimé ça, a-t-il souligné. Les gars ne voulaient pas perdre et ils ont fait ce qu’ils avaient à faire pour gagner. On méritait cette victoire. »

La conclusion vendredi soir à Terrebonne.