L’Everest a assommé les Inouk avec quatre buts consécutifs lors du dernier vingt.

Les Inouk encaissent un autre revers décevant

Après avoir arraché de peine et de misère un gain de 5-3 contre Chambly vendredi soir, les Inouk ont encaissé une autre défaite décevante le lendemain après-midi. Devant la maigre foule présente au centre sportif Léonard-Grondin, les locaux se sont inclinés 7-3 face à l’Everest de la Côte-du-Sud.

« C’est certain que c’est décevant, d’autant plus que c’était un match de quatre points vu le classement. On a fait de belles choses, mais il faut trouver plus de constance dans notre jeu », a affirmé l’entraîneur-chef Patrick Bergeron, qui se dit toutefois nullement inquiet.

« C’est sûr qu’à Granby, on n’est pas habitués de voir les Inouk jouer pour [seulement] 0,500. Mais la saison est longue, ça reste un marathon. »

Les visiteurs menaient 3-0 à mi-chemin dans la rencontre. Les buts de Samuel Michaud et Frédéric Abraham (en avantage numérique) ont ensuite ravivé l’espoir dans le camp granbyen.

L’Everest (fiche de 7-5-1) a toutefois explosé avec 22 lancers et quatre buts consécutifs lors du dernier engagement. L’issue du match était déjà scellée lorsque Joakim Bergeron a complété le pointage sur l’attaque massive.

Yan-Cédric Gaudreault a fait très mal aux Inouk (6-6-2) avec un tour du chapeau. Son capitaine, Alexandre Gagnon, a récolté deux buts et autant d’aides.

Le gardien Jonathan Labrie a réalisé 36 arrêts pour signer la victoire.

Devant la cage granbyenne, Marc-Antoine Dufour a connu une autre soirée occupée, lui qui a été testé à 45 reprises.

Une défensive poreuse

Les Inouk ont donc perdu quatre fois à leurs cinq derniers matchs. En date de dimanche matin, ils occupaient le quatrième rang dans la division 91,9 Sports et la septième position au classement général de la Ligue de hockey junior AAA du Québec (LHJAAAQ). Classée sixième dans le circuit, l’attaque des Inouk fait pourtant un travail honnête.

Le portrait est toutefois moins reluisant en défensive. La formation granbyenne fait piètre figure au chapitre des buts contre (8e) et des lancers alloués (11e et avant-dernière).

« Certains détails font en sorte qu’on accorde 10 ou 15 tirs de trop par match. Ça donne beaucoup trop d’ouvrage à nos gardiens de but. La fatigue finit par entrer en ligne de compte », a déploré Bergeron.

À ce stade de la saison, on serait tenté de croire que la solution passe par une ou des transactions, plutôt que des ajustements stratégiques.

« On a des joueurs qui vont devoir se regarder dans le miroir pour savoir s’ils offrent leur meilleur hockey. Certains le font, d’autres non. »

Estrades désertes

Selon les échos obtenus par La Voix de l’Est, le duel contre l’Everest a attiré à peine 100 amateurs au centre sportif Léonard-Grondin. Bergeron assure toutefois que les ennuis aux guichets de l’organisation n’ont pas d’impact à l’intérieur du vestiaire.

Les Inouk disputeront d’ailleurs leurs trois prochains matchs sur la route. Ils affronteront des puissances de la LHJAAAQ à Longueuil vendredi puis à Saint-Jérome dimanche.