Notamment dirigée par John Van Doorn (à gauche), les Inouk du basketball féminin ont maintenant besoin d’un petit miracle pour participer au championnat de la conférence Nord-Est.
Notamment dirigée par John Van Doorn (à gauche), les Inouk du basketball féminin ont maintenant besoin d’un petit miracle pour participer au championnat de la conférence Nord-Est.

Les Inouk du basket pratiquement éliminées

Les Inouk du basketball féminin ont probablement accordé le panier le plus coûteux de leur saison à domicile vendredi soir, alors qu’elles ont encaissé une défaite crève-cœur de 59-57 contre les Électriks de Shawinigan.

« C’est extrêmement décevant », a reconnu l’entraîneur granbyen John Van Doorn.

« On a bien joué contre une des bonnes équipes de la ligue, mais on a réussi seulement sept lancers francs sur une possibilité de 28. Si on avait eu un taux de 50 %, ce qui est loin d’être excellent, on aurait gagné. Au final, ça nous coûte notre saison... »

Maude Thériault, Anne-Justine Lachappelle et la finissante Heïdï Van Doorn (qui sera d’ailleurs honorée avant la rencontre contre Drummondville mercredi soir) ont mené l’attaque des Inouk, mais on retiendra surtout le résultat plus que défavorable.

Si elles gagnent à la maison mercredi, les représentantes du Cégep de Granby passeront devant les Diablos de Trois-Rivières au quatrième rang de la section Centre du Québec, le dernier donnant accès aux éliminatoires.

Les Diablos ont toutefois quatre « matchs en main », dont un contre Laflèche, la pire équipe de la division.

« C’est certain qu’elles ne perdront pas ce match-là », a avancé coach Van Doorn.

Actuellement troisièmes, les Vulkins de Victoriaville détiennent par ailleurs l’avantage en cas d’égalité avec les Inouk.

Chez les gars

Les gars des Inouk se sont aussi inclinés (86-59) contre Shawinigan vendredi soir.

Mercredi, ils retrouveront les Voltigeurs de Drummondville, contre qui ils ont obtenu leur seule victoire cette saison.