Les Inouk lanceront l’année 2019 avec un duel face aux Forts de Chambly qui seront de passage au centre sportif Léonard-­Grondin, vendredi soir.

Les Inouk de retour au boulot

Après une pause de deux semaines, les Inouk reprendront le collier vendredi soir alors qu’ils accueilleront les Forts de Chambly, qui ont remporté sept de leurs 10 derniers duels, au centre sportif Léonard-Grondin.

La troupe de Patrice Bosch tentera d’obtenir une quatrième victoire de suite, après avoir défait l’Everest de la Côte-du-Sud, le Révolution du lac St-Louis et l’Arctic de Montréal-Nord avant le congé des Fêtes.

Ayant 44 points au classement, les Inouk (22-8-0) sont au 4e rang du classement de la Ligue de hockey junior AAA du Québec (LHJAAAQ) et talonnent de près les puissances du circuit. Avec une fiche de 15-14-2, les Forts sont pour leur part en milieu de peloton, mais ils surfent présentement sur une belle séquence.

« C’est une équipe qui va très bien. C’est un peu un deuxième début de saison quand tu arrives en janvier et on part ça contre des adversaires qui ne seront pas faciles à battre. Ils ont quand même gagné sept de leurs dix dernières parties, il va falloir être prêts », a relevé l’entraîneur-chef et DG des Inouk, Patrice Bosch.

N’empêche que les Inouk vont encore mieux, eux qui n’ont perdu qu’une fois à leurs dix dernières rencontres. Ils ont d’ailleurs gagné les trois duels ayant opposé les deux clubs cette saison, dont une victoire à sens unique de 10-4 lors du dernier affrontement au début décembre.

« On ne se préoccupe pas des autres matchs, mais juste du prochain, a nuancé Bosch avant de sauter sur la glace pour le premier entraînement de 2019. Habituellement, au retour des Fêtes, les gars sont ressourcés, ils ont la tête reposée. D’après moi, ça devrait bien aller, mais on va les remettre dans le bateau aujourd’hui [jeudi] en les préparant comme il le faut pour vendredi. »

S’il n’avait toujours pas identifié son gardien partant pour cette rencontre jeudi, Bosch a confié qu’il mettrait un « petit 2 $ sur Dufour », son cerbère numéro 1 qui affiche les meilleures statistiques du circuit depuis le début de la campagne.

Deux meneurs et un bilan reluisant

Étant donné les trois victoires retirées aux Inouk en raison de joueurs inadmissibles, Granby aurait difficilement pu afficher un meilleur dossier pour la pause du temps des Fêtes. Et avec 18 parties à faire au calendrier régulier, le but pour 2019 est simple : poursuivre dans la même direction.

« L’objectif, c’est d’essayer d’être meilleur après chaque match. Le fameux processus, dont les gens parlent, c’est de continuer de s’améliorer et d’arriver fin prêts en séries, parce que c’est là que ça compte vraiment », a résumé Bosch.

En plus de n’avoir aucune difficulté à trouver le fond du filet, les Inouk sont l’équipe qui a accordé le moins de buts (86 en 30 parties) jusqu’à maintenant. Une statistique qui n’est pas étrangère au brio de Marc-Antoine Dufour devant le filet.

Le gardien de 19 ans est celui qui détient le plus de victoires (16), le plus de blanchissages (4), la meilleure moyenne de buts alloués (2,62) et le meilleur taux d’arrêt (0,915) de la LHJAAAQ en ce moment.

Si on ajoute à cela le meilleur pointeur du circuit en William Leblanc qui a déjà inscrit 45 buts et 36 aides pour 81 points en 30 matchs, on obtient un dangereux duo qui n’a aucun mal à mener par l’exemple. Surtout que Leblanc ne dérougit pas, lui qui a inscrit au moins un point à ses 17 dernières parties et n’a pas été blanchi de la feuille de pointage depuis... le 12 octobre.

« Et il y a aussi Louis-Philippe Denis qui joue du gros hockey et qui fait de l’excellent travail comme confrère de trio de Leblanc », a indiqué Bosch, saluant l’effort de son ailier gauche de 20 ans qui a déjà récolté 68 points en 29 rencontres.

Et bien que Bosch ait appris qu’il sera privé des services de Thomas Caron qui disputera le reste de la saison avec les Remparts de Québec dans la LHJMQ, il peut se consoler avec le retour de Nicolas Roy au sein de son alignement. L’attaquant de 19 ans n’a disputé que 9 matchs avec les Inouk cette saison en raison d’une blessure au genou, mais ce fut suffisant pour lui permettre d’amasser 7 buts et 10 aides.

« Ça va faire du bien. D’avoir Félip [Bourdeau] et Nicolas en santé et à temps plein avec nous, on ne peut pas s’en plaindre », a admis Bosch tout en se disant très heureux de voir Caron avoir la chance de terminer la saison à Québec.

Les Inouk ne perdront d’ailleurs pas de temps pour se remettre en forme puisqu’ils joueront un deuxième match en moins de 24 h samedi après-midi lorsqu’ils rendront visite à l’Everest (17-14-1) de la Côte-du-Sud.

« Je pense que ça fait toujours du bien de prendre une petite pause, mais maintenant, notre job, c’est de se concentrer sur les 18 matchs restants pour bien se placer pour les séries. Et une fois là, on va donner tout ce qu’on a », a assuré Bosch.

PÉRIODE DES TRANSACTIONS: PEU DE MOUVEMENT À PRÉVOIR, SELON BOSCH

La période des Fêtes fut par ailleurs passablement tranquille au niveau des transactions pour les Inouk. Granby n’a fait qu’une acquisition en mettant la main sur Jonathan Casella, un défenseur québécois de 19 ans qui évoluait avec les Voyageurs de Kingston dans la Ligue de hockey junior A de l’Ontario, en retour de considérations futures.

« C’est un jeune de la Rive-Nord qui va être un défenseur de qualité dans le junior AAA, c’est sûr, a affirmé l’entraîneur et DG des Inouk. Il va être à l’entraînement avec nous pour la première fois aujourd’hui [jeudi]. Pour le reste, c’est juste des points d’interrogation pour l’instant. »

Bien que Bosch aimerait ajouter de nouveaux atouts en vue du reste de la saison et des séries comme tout bon DG, il admet qu’il sera difficile d’aller chercher des joueurs d’impact via le marché des transactions cette année.

« Honnêtement, cette année, je parle aux autres directeurs gérants de façon régulière et il n’y a personne qui veut bouger des gros morceaux. C’est sûr que si on peut s’améliorer, on va le faire, on ne va pas hésiter une seconde, mais je n’irai pas chercher un gars pour jouer sur le 3e ou 4e trio. »

« J’ai déjà beaucoup de gars qui sont des Inouk depuis plusieurs années et qui remplissent bien ce rôle-là. Si on va chercher quelqu’un, ça va être un joueur qui va avoir un impact immédiat », a ajouté Bosch.

Le DG des Inouk ne serait pas surpris si peu de transactions majeures ont lieu cette année, ou même pas du tout. « Le marché est très fermé. Plusieurs joueurs sont qualifiés d’intouchables, peu importe les équipes ou leur place au classement. Les DG ne semblent pas vouloir bouger. Reste à voir ce que le junior majeur va apporter et si ça va changer les données, mais c’est comme ça pour l’instant. »

Les formations de la LHJMQ ont en effet jusqu’au 6 janvier pour finaliser leur alignement, ce qui pourrait venir brouiller les cartes. Pour ce qui est des Inouk, Bosch ne s’attend pas à perdre d’autres joueurs, outre Thomas Caron, qui demeurera finalement avec les Remparts de Québec.

La date limite des transactions dans la LHJAAAQ a été fixée au 10 janvier cette année.