William Leblanc domine le classement des marqueurs des Inouk avec 14 points, dont cinq buts.

Les Inouk connaissent leur meilleur départ à vie

« Je sais pas quand on va en perdre une, mais on va essayer d’étirer notre belle séquence le plus longtemps possible. Gagner, y’a rien de plus l’fun! »

William Leblanc avoue qu’il a énormément de plaisir à se rendre au centre sportif Léonard-Grondin présentement. Normal quand on sait que les Inouk ont remporté leurs six premiers matchs de la saison.

Et vérification faite, les Inouk connaissent bel et bien leur meilleur départ de leur histoire, eux qui n’avaient jamais encore été parfaits après six matchs. Ils ont souvent connu d’excellents débuts de saison (en 2013-2014 et en 2008-2009, ils étaient 7-1 après huit rencontres), mais jamais à ce point.

« C’est agréable de savoir qu’on fait partie d’une équipe qui bat des records, mentionne Leblanc, qui entame sa quatrième saison à Granby. On sait qu’on ne gagnera pas tous les matchs, mais tout roule à l’heure où on se parle et on savoure nos succès. Mais il faut continuer à travailler fort. »

Leblanc explique les succès de son équipe de façon plutôt simple.

« On est solides à toutes les positions et les gars s’entendent super bien dans le vestiaire. La chimie est là sur la glace comme dans le vestiaire. Ça va vraiment bien. »

Leblanc a aussi souligné le travail des gardiens des Inouk, qui n’ont accordé que 11 buts après six matchs. Marc-Antoine Dufour n’a concédé que neuf buts en cinq rencontres, dont quatre à Longueuil dimanche dernier.

« Même si on marque notre part de buts, on sent que n’a pas besoin d’en faire huit par match pour gagner. Ça enlève beaucoup de pression. »

Leblanc domine le classement des marqueurs des Inouk avec 14 points, dont cinq buts. Il forme un trio plus que redoutable avec Félip Bourdeau et Thomas Caron.

« On se complète super bien. C’est facile de jouer avec ces gars-là. »

Trois en trois
L’heureuse séquence des Inouk sera toutefois mise à l’épreuve en fin de semaine avec une rude série de trois matchs en autant de jours. Les joueurs de Patrice Bosch visiteront l’Arctic de Montréal-Nord (2-5) vendredi, puis l’invaincu Titan de Princeville (6-0) le lendemain et ils affronteront les Rangers de Montréal-Est (4-1) dimanche après-midi au centre sportif Léonard-Grondin.

« Trois en trois, ce n’est jamais facile, analyse Leblanc. Et il y a Princeville, qui connait un gros départ également. On va y aller un match à la fois, comme d’habitude. »

Bien sûr, on dira qu’il y a ce gros nuage noir qui plane au-dessus de la tête des Inouk, soit l’affaire du joueur présumément inadmissible dont on connaîtra le dénouement en début de semaine. Mais pour l’heure, leurs six victoires leur appartiennent.