Benjamin Robert (à gauche) et Samuel Baillargeon en sont à leurs derniers milles au football juvénile. Et il rêvent de participer au Bol d’Or.

Les Incroyables veulent gagner et rien d’autre

« J’ai vécu les deux dernières saisons, celles d’une seule victoire par année, et chacun des matchs que je joue présentement risque d’être mon dernier avec l’équipe. Moi, je veux aller au Bol d’Or ! »

Samuel Baillargeon a connu une excellente campagne à son poste de secondeur avec les Incroyables. Mais il sait qu’il devra disputer un autre bon match, samedi après-midi à Rigaud, alors que les représentants du football juvénile de J.-H.-Leclerc tenteront de mériter leur précieux laissez-passer pour le Bol d’Or, grand événement du football scolaire québécois.

Les Granbyens ont rendez-vous avec les Voltigeurs du collège Bourget, champions de la Ligue du Lac-Saint-Louis, qui ont présenté une fiche de six victoires et une seule défaite cette saison. Après avoir analysé l’équipe à l’aide de vidéos, l’entraîneur Iannick Beauchamp­ parle d’une équipe « très solide, mais battable ».

« On s’en va là-bas pour gagner et rien d’autre, lance Baillargeon. Et si on fait ce qu’on a à faire, on va gagner. On croit en nous, on a confiance en nous. »

Baillargeon fait partie des 14 joueurs des Incroyables (sur 38) qui en sont à leurs derniers milles au football juvénile. Pour ces bonshommes-là, chacun des matchs qu’ils disputent en séries a un cachet tout spécial.

« On a du talent, mais je pense que c’est le cœur et la détermination qui nous a amenés jusqu’ici, souligne le joueur de ligne défensive Benjamin Robert, un autre qui pourrait disputer son dernier match samedi. On est fiers de ce qu’on a accompli cette saison, mais on a encore faim. »

Robert a ensuite rendu hommage à Iannick Beauchamp. « Il connait son football et il sait quoi nous dire pour nous amener toujours plus loin. On a confiance en lui et on l’adore ! »

L’entraîneur-chef des Incroyables juvéniles, Iannick Beauchamp

À la guerre… encore

Iannick Beauchamp ne s’en cache pas : il sera déçu si son équipe quitte Rigaud avec autre chose que la victoire.

« On s’en va encore à la guerre et on s’en va encore à la guerre pour la gagner, tranche-t-il. Pour revenir avec la victoire, il va falloir être plus rapides que les Voltigeurs et les frapper durement. Et il va falloir encore laisser nos tripes sur le terrain. »

Selon Beauchamp, les Incroyables sont rendus trop loin pour reculer.

« On a créé des surprises, mais nous n’en sommes plus là. On ne veut pas encore surprendre, on veut gagner, point. Ce n’est pas de la chance si on est en demi-finale du Bol d’Or et on va le prouver. »