Après une séquence de 13 victoires en 14 matchs, les Guerriers ont frappé un mur à Laval dimanche.

Les Guerriers frappent un mur, mais restent au sommet

Surfant sur une séquence de 13 victoires en 14 matchs, les Guerriers étaient probablement dus pour connaître une mauvaise performance. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ont frappé un mur à Laval dimanche. Les Pirates ont alors balayé leur programme double grâce à des victoires de 9-5 et... 20-2 !

N’empêche qu’au terme du week-end de la Fête nationale, les Guerriers trônaient toujours au sommet de la Ligue de baseball junior élite du Québec.

« On avait un horaire incroyablement difficile ce week-end. Notre objectif était de gagner trois de nos cinq matchs, et on est très heureux de l’avoir atteint. On affrontait que des bons clubs », a souligné le gérant Denis Lamontagne.

« Parfois, ça prend un petit pas en arrière pour revenir plus fort. »

La formation granbyenne n’a jamais été dans le coup lors du premier duel à l’horaire dimanche. Une poussée de neuf points, tous inscrits aux dépens du releveur Samuel Rocheleau, en fin de quatrième manche a réglé le dossier pour les Pirates.

« À mes yeux, Sam a été le joueur du match, parce qu’il a pris le coup pour l’équipe, au détriment de ses statistiques personnelles. [...] J’ai beaucoup de respect pour ça », a fait valoir Lamontagne.

Samuel Poliquin est notamment venu hanter ses anciens coéquipiers avec trois coups sûrs et cinq points produits.

Tout comme Rocheleau (10 points accordés en deux manches), Félix Dubeau-Hervieux (lanceur perdant) et Sébastien Léger ont connu des sorties cauchemardesques au monticule.

« On a sacrifié ce match-là parce qu’on savait qu’on n’avait pas le personnel pour le gagner, tout simplement. »

Les Guerriers se sont ressaisis en fin d’après-midi, créant l’égalité 5-5 à mi-chemin dans la rencontre.

Les Pirates ont toutefois marqué quatre fois en fin de sixième manche, pour ne plus jamais regarder derrière. Cogné sur un tir de Samuel Blier, le double de Fred Archard-Groleau a poussé trois coéquipiers vers le marbre. Le nouveau venu Jose Olivier Goguen-Lalancette a écopé de la défaite.

Dans le camp granbyen, Isaac Mailhot-Bérard a été le seul à frapper deux coups sûrs sur la Rive-Nord.

Trois victoires serrées

Les Guerriers avaient amorcé le long week-end avec trois victoires.

Ils ont d’abord battu les Ducs de Longueuil 4-3 à domicile vendredi soir. Un lancer hors cible de Mathieu Denault-Gauthier a permis à Marc-Antoine Lefebvre de marquer en manche supplémentaire.

Zachary Gagnon (trois points accordés en sept manches) a connu un autre bon départ, mais la victoire est allée au dossier de Rocheleau.

Samedi au stade Napoléon-Fontaine, les Guerriers ont aussi soutiré deux gains serrés , mais disparates (1-0 et 7-6), contre les Diamants de Québec.

Dave Gauthier a d’abord blanchi ses adversaires lors d’un match complet. Au sommet de son art, le gaucher devient pratiquement intouchable. Gauthier a d’ailleurs concédé deux points ou moins à ses six dernières apparitions sur la butte.

« Dave contrôle bien ses trois lancers. Son ratio retraits sur des prises/buts sur balles est aussi ahurissant », a analysé Denis Lamontagne.

Du côté des Diamants, Vincent Ruel a aussi livré une performance remarquable. Tout comme Gauthier, il a permis seulement deux coups sûrs. Ruel a toutefois flanché en fin de septième, accordant un double fatal à Mailhot-Bérard.

En soirée, c’est plutôt l’offensive granbyenne qui a fait la différence. Tirant de l’arrière 6-5, les locaux ont croisé la plaque deux fois à leur dernière occasion. Alexandre Lapointe s’est levé avec un simple bon pour deux points.

On l’a déjà souligné, mais les Guerriers semblent avoir trouvé la recette magique en fin de partie...

« Le mot qui me vient en tête, c’est “résilience”. Le mood dans l’abri est très bon. Quand on mène 10-0, personne devient euphorique. Et personne panique quand on perd par deux points en septième manche. »

« Les autres équipes savent aussi qu’on ne démissionnera pas. Ça donne un mélange assez explosif. »

Blier a signé cette sixième victoire consécutive pour Granby.

Les Guerriers compléteront une éreintante séquence de six matchs en cinq jours mardi soir, alors que le Rocket de Coaticook s’arrête au stade Napoléon-Fontaine.

Zachary Gagnon sera de nouveau envoyé au monticule.