Sébastien Léger a frappé un grand chelem lors du premier match samedi, mais les Guerriers se sont tout de même inclinés 10-6 contre Saint-Eustache.

Les Guerriers et les Bisons se neutralisent

Une fois n’est pas coutume, les Guerriers junior élite ont encaissé une deuxième défaite d’affilée samedi à Saint-Eustache. La formation granbyenne a toutefois rebondi quelques heures plus tard, partageant ainsi les honneurs d’un programme double disputé contre les Bisons.

« Puisqu’on est premiers au classement (en date de dimanche matin), les autres clubs nous envoient constamment leurs meilleurs lanceurs. Ça finit par faire une différence », a souligné le gérant des Guerriers, Denis Lamontagne, en entrevue avec La Voix de l’Est.

Jason Charron puis Tommy Grenier ont obtenu les départs pour Saint-Eustache samedi.

En après-midi, les Bisons ont pris les devants 9-0 grâce à une impressionnante récolte de huit points en fin de quatrième manche.

Marc-Antoine Lebreux et Édouard Savoie ont notamment cogné des circuits en solo consécutifs aux dépens du lanceur Zachary Gagnon. Les locaux ont aussi profité de deux erreurs au champ extérieur durant cette séquence.

« Notre défensive leur a ouvert la porte. La manche aurait dû commencer avec deux retraits, mais au lieu de ça, les valves se sont ouvertes. J’ai senti que nos joueurs étaient ébranlés », a raconté Lamontagne.

Accusant toujours un retard de huit points au moment d’amorcer leur dernier tour au bâton, les Guerriers n’ont pas baissé les bras. Le grand chelem de Sébastien Léger n’a toutefois pas suffi. Granby s’est finalement incliné au compte de 10-6.

« On était encore loin d’eux à ce moment-là. Selon moi, on n’est jamais passé proche de remporter ce match. »

La défaite est allée au dossier de Gagnon, qui a permis neuf coups sûrs et six points (mais seulement deux mérités) en trois manches et deux tiers.

Une victoire d’équipe

Les Guerriers se sont vengés en début de soirée, remportant un duel offensif par la marque de 11-8.

« Entre les deux matchs, on a parlé aux gars pour souligner l’urgence de la situation. On voulait vraiment gagner pour se donner les meilleures chances de participer au championnat canadien », a indiqué Denis Lamontagne.

Dave Gauthier a mené la charge avec trois points produits, tandis que Nicolas Tremblay (trois simples, un but sur balles) a de nouveau excellé dans le rôle de premier frappeur. Cela dit, on doit assurément parler d’une victoire d’équipe. Tous les frappeurs de Granby ont frappé au moins un coup sûr dans cette partie.

Au monticule, Jeffrey Dupont a conservé sa fiche parfaite (5-0) malgré une performance plutôt ordinaire. Le droitier a accordé sept coups sûrs et six points, tous mérités, en cinq manches et un tiers. Gauthier a complété le travail en relève.

Dans le camp perdant, le voltigeur Samuel Chaput s’est démarqué avec trois points produits.

Rappelons que la meilleure formation de la Ligue de baseball junior élite du Québec (LBJEQ) à la date butoir – qui semble toujours nébuleuse, selon l’organisation granbyenne – représentera le Québec au championnat canadien junior, tenu du côté de Gatineau à la mi-août. Aussi dans la course, les Diamants de Québec disputaient le second match d’un programme double contre le Rocket de Coaticook au moment d’écrire ces lignes.

Retrouvailles à Longueuil

Les Guerriers reprendront l’action dès lundi soir, alors qu’ils affronteront les Ducs à Longueuil.

Échangés à Granby au début du mois, Xavier Bégin, François Guimont et Alexis Vincent affronteront alors leurs anciens coéquipiers pour la première fois.

« De notre côté, on va retrouver Kirk (Fryer) et peut-être Fred (Archambault, blessé dernièrement), deux gars qui nous ont aidés à nous rendre où nous sommes aujourd’hui. On a beaucoup de respect pour eux. »

Selon le site officiel de la LBJEQ, Félix Dubeau-Hervieux (Granby) et Christian Rebts (Longueuil) seront les lanceurs partants.

En fait, la prochaine semaine sera fort occupée pour les Guerriers. Le Rocket sera de passage au stade Napoléon-Fontaine mardi, puis ce sera au tour des Ducs vendredi à l’occasion du fameux match « Foule plein ».

« Les Ducs demeurent nos grands rivaux et je suis certain que ça leur ferait plaisir de nous empêcher d’aller au championnat canadien... », a conclu Denis Lamontagne.