Marcel Vink lors d’une entrevue réalisée en 2006.
Marcel Vink lors d’une entrevue réalisée en 2006.

Les Cosmos en deuil après le décès de Marcel Vink

Les Cosmos de Granby et la communauté du soccer dans la région sont actuellement en deuil à la suite du décès de Marcel Vink, un bénévole très apprécié. M. Vink s’est éteint le 30 mars dernier à l’âge de 63 ans.

La direction des Cosmos ne pouvait préciser la cause du décès mercredi avant-midi.

«On le savait malade depuis un bout de temps, a toutefois expliqué le coordonnateur général des Cosmos, Martin Bélanger. J’ai d’ailleurs travaillé fort pour qu’il puisse assister à son intronisation au Panthéon du soccer granbyen, en 2018. À ce moment-là, son état s’était beaucoup détérioré. On l’a revu l’été dernier puis à l’automne, il semblait aller relativement bien vu les circonstances. On s’attendait un peu à son décès, mais ça demeure une surprise pour nous.»

L’implication de Marcel Vink dans le giron des Cosmos a débuté lors de la saison 1993-1994, alors qu’il a accepté un rôle d’entraîneur adjoint avec les Loisirs U-17. En plus de collaborer à l’organisation de divers tournois et événements, il a continué d’oeuvrer comme instructeur jusqu’à la campagne 2012-2013. Outre les Cosmos, il s’est notamment mis au service de l’Association régionale de soccer Richelieu-Yamaska et même Soccer Québec

«Juste à voir les dizaines de messages qui défilent sur Facebook, on comprend l’influence certaine qu’il a eue pour bien des jeunes, souligne M. Bélanger. C’était un très bon bénévole, qui levait toujours la main quand on en avait besoin. Peu importe le temps qu’il donnait, il s’impliquait toujours à 200%.»

«Un baume au cœur»

Né de parents originaires des Pays-Bays, M. Vink a amplement mérité sa place au Panthéon du soccer granbyen. Il a été officiellement intronisé le 16 octobre 2018, au sein d’une cohorte comprenant également les entraîneurs Linda Charbonneau et Robert Kmec ainsi que la joueuse Émilie Carmel (à titre posthume).

« Ça me met vraiment un baume au cœur puisque je ne peux plus m’impliquer et je vois ma santé se dégrader peu à peu. Je suis très fier, mais je ne me suis jamais impliqué pour avoir les honneurs. [...] Ce soir, ça me permet de revoir des gens que je n’ai pas vus depuis des années», avait-il alors affirmé, visiblement ému, en entrevue avec La Voix de l’Est.

À la tête de formations du Cégep de Granby, messieurs Vink et Kmec ont collaboré étroitement au cours de la dernière décennie.

Les mesures et précautions reliées à la pandémie de la COVID-19 compliquent évidemment la tenue de cérémonies funéraires ces jours-ci. Au moment d’écrire ces lignes, les dirigeants des Cosmos ne connaissaient pas les intentions de la famille de Marcel Vink.