Martin Bérubé affirme que les Castors sont prêts à affronter l’as Matthew Rusch (sur la photo), et même quatre fois en sept matchs s’il le faut.
Martin Bérubé affirme que les Castors sont prêts à affronter l’as Matthew Rusch (sur la photo), et même quatre fois en sept matchs s’il le faut.

Les Castors prêts pour le «défi Matthew Rusch»

Jonathan Gagnon
Jonathan Gagnon
La Voix de l'Est
Martin Bérubé ne s’en cache pas: même s’ils détiennent l’avantage du terrain, les Castors ne seront pas les favoris face aux Cascades de Shawinigan à compter de mardi soir, en demi-finale des séries de la Ligue de baseball majeur du Québec (LBMQ).

«Honnêtement, je nous vois comme les négligés. Notre but est de causer une surprise», a affirmé Bérubé, à la fois joueur et gérant pour la formation valoise.

«Toute la pression est de leur côté. Les Cascades n’ont pas le choix de performer. Ils ont quand même ajouté deux joueurs professionnels à leur alignement cet été. Comme je le disais avant le début de la saison, Victoriaville et Shawinigan sont considérés comme les clubs à battre.»


« C’est un ancien pro qui a de l’expérience et qui sait exactement comment lancer. Il a une balle rapide explosive, autour de 90 mph, et un très bon changement de vitesse »
Martin Bérubé, joueur et gérant des Castors au sujet du lanceur Matthew Rusch

Steve Brown et Raphaël Gladu se sont joints aux Cascades (fiche de 10-5 en saison) après l’annulation de la campagne 2020 dans la Frontier League, ce qui a fait grimper la cote du club de la Mauricie.

Les Castors (11-4) devront aussi trouver un moyen de battre Matthew Rusch, assurément l’un des artilleurs les plus intimidants à travers la LBMQ. Nommé artilleur par excellence en 2019, le droitier de 37 ans fait encore mieux cette année.

Également joueur-entraîneur, Rusch a conservé une fiche parfaite de 5-0 ainsi qu’une moyenne de points mérités de 0,51 lors du calendrier régulier. Question de décourager ses adversaires encore davantage, son rendement est quasiment identique depuis le début des séries.

«C’est un ancien pro qui a de l’expérience et qui sait exactement comment lancer. Il a une balle rapide explosive, autour de 90 mph, et un très bon changement de vitesse», a analysé Bérubé.

Le Maskoutain assure toutefois que sa troupe est prête à affronter l’ancien des Aigles de Trois-Rivières, et même quatre fois en sept matchs s’il le faut. Il garde en tête la performance offensive du 9 juin 2019, alors que les Castors avaient récolté 10 coups sûrs et six points mérités en sept manches aux dépens de Rusch.

«On sait que ce sera un gros défi, mais on a le couteau entre les dents présentement.»

Des canons silencieux

Martin Bérubé estime que l’offensive des Cascades, à la fois rapide et puissante, comporte bien peu de faiblesses. Une formule payante sur le terrain du Parc Optimiste, plus petit que la moyenne. Les Castors renoueront d’ailleurs avec l’arrêt-court Gabriel Thibodeau, échangé à Shawinigan à la fin juin en retour du lanceur Xavier Tremblay et d’un premier choix. Thibodeau avait précédemment défendu les couleurs valoises durant sept saisons.

De leur côté, les Castors espèrent un retour en force d’Emmanuel Forcier et de Reinaldo Ramirez, deux gros canons qui ont connu des ennuis contre les Cardinaux de Sainte-Thérèse au tour précédent. Forcier montre une moyenne au bâton de ,077 tandis que Ramirez a à peine fait mieux (,143).

«C’est vrai que j’aimerais qu’ils nous en donnent plus. Mais en séries, on y va un match à la fois. Leurs performances contre Sainte-Thérèse ne comptent déjà plus», a fait valoir Bérubé.

«Je le répète souvent aux gars : ça prend un héros à chaque game. Même si tu es sur une séquence de 0 en 10, tu peux faire la différence.»

À suivre dès mardi soir, alors que la série prendra son envol au Stade Léo-Asselin.