Attachez bien votre tuque, les Cantonniers ont pris possession du premier rang de la section Tacks dès le premier week-end de la saison régulière et ne l’ont jamais cédé. Jamais ! On parle de la section la plus balancée de la ligue. Sur la photo, Marshall Lessard contourne Simon Trottier des Lions du Lac St-Louis.

Les Cantonniers ont comblé leurs partisans

COMMENTAIRE / Une équipe pas ordinaire ! Les Cantonniers de Magog ont vraiment choyé leurs partisans au cours des huit derniers mois. Je vous rappelle que je vous avais annoncé dès le départ que l’édition 2017-2018 serait tout, sauf brouillonne. Bref, qu’on ne s’ennuierait pas à l’aréna de Magog. Ce fut le cas, n’est-ce pas ? Mais aujourd’hui, au terme du calendrier régulier, la meilleure des 15 équipes de la Ligue midget AAA du Québec loge à Magog. Ce serait présomptueux de ma part de vous raconter que je voyais ça venir.

Avant d’aborder les séries éliminatoires dans les prochains jours, permettez-moi un dernier survol de la saison régulière dominée par les adolescents de Félix Potvin. Ce n’est pas anodin ce que les Magogois viennent de signer comme exploit avec l’équipe la plus jeune du circuit : neuf des 19 joueurs ont à peine 15 ans et les joueurs de 17 ans sont totalement absents de l’alignement.

Non seulement les Cantonniers ont-ils devancé les 14 autres formations de la ligue au classement général, mais attachez bien votre tuque, ils ont pris possession du premier rang de la section Tacks dès le premier week-end de la saison régulière et ne l’ont jamais cédé. Jamais ! On parle de la section la plus balancée de la ligue.

Mais la bande à Félix Potvin est gourmande. 11 victoires dans leurs 12 dernières parties leur ont permis de se hisser au sommet du classement général. Ici et là on en avait que pour le Séminaire St-François et St-Eustache, mais dans le dernier droit, Magog avait des allures du sprinter de 100 mètres face à des marathoniens incapables de maintenir la cadence du rapido des Cantons de l’Est.

En voulez-vous plus ? Les Magogois présentent la meilleure attaque de la ligue avec 161 buts. Sur ces 161 buts, pas moins de 14 l’ont été en désavantage numérique. Ils font bande à part à ce chapitre. Finalement, durant ce calendrier de 40 parties, il y a seulement sept parties au cours desquelles les Magogois n’ont pas récolté de points au classement. On appelle ça de la régularité dans mon coin.

La perte de Max-Antoine Melançon aux Fêtes qui a gradué avec les Cataractes de Shawinigan n’a jamais paru. Même chose pour les absences de Marshall Lessard et Charles Beaudoin en fin de calendrier. C’est vous dire la profondeur de cette formation.

Les vétérans

En début d’année, je me suis longuement questionné sur ce que serait la contribution des vétérans. Je savais que les recrues feraient des malheurs, mais les vétérans, après une fin de saison 2016-2017 décevante, je m’interrogeais à savoir s’ils pourraient montrer le chemin aux nouveaux venus. Ai-je besoin d’insister pour vous dire qu’ils ont rempli leur rôle à merveille ? Les défenseurs Mathieu Bergeron, Loic Bergeron et Zackiel Couture ont joué à l’intérieur de leurs moyens ; le gardien Rémi Poirier a été un excellent coéquipier pour Olivier Adam, tandis que les attaquants Simon Pinard, Jérémy Rainville, Zachary Cadorette et Gabriel Fontaine ont tous répondu présents avec une contribution offensive au-delà des espérances et une forme de leadership indiscutable.

Reste les recrues Jabob Dion, Jérémy Lapointe, Piaget Ntakarutimana, Karl Vaillancourt, Isaac Belliveau, Olivier Picard, Charles Beaudoin, Patrick Guay, William Villeneuve et Marshall Lessard. Les quatre derniers sont les plus connus, ce qui n’enlève rien aux innombrables services rendus par les autres, croyez-moi.

Patrick Guay

Sur le plan individuel, difficile de passer sous silence les 35 buts de Patrick Guay, un sommet dans la ligue.

Patrick Guay a obtenu plus de buts dans le midget AAA que les Samuel Poulin, Xavier Parent, Jakob Pelletier et, tenez-vous bien, l’excellent Alexis Lafrenière.

Je suis le dernier à comparer des joueurs en tenant compte uniquement des statistiques, mais il ne faut pas les rejeter du revers de la main non plus. La réalité est que Guay a obtenu plus de buts que les Samuel Poulin, Xavier Parent, Jakob Pelletier et, tenez-vous bien, l’excellent Alexis Lafrenière. Tous des joueurs dont on vantait les mérites avec raison l’an dernier dans le midget AAA et qui se signalent maintenant dans la LHJMQ. Guay a fait mieux qu’eux et cela n’a rien à voir avec la chance. Je m’avance en ajoutant que Guay est même le franc-tireur le plus naturel du groupe. Le jeune homme de 15 ans est aussi un joueur des grands moments alors qu’il revendique neuf buts gagnants, ce qui le place au premier rang dans la ligue. Il n’est pas moins reluisant au cercle des mises au jeu avec un taux d’efficacité de 64 pour cent, ce qui le situe au second rang des meilleurs centres réguliers de la ligue, tout juste derrière… son coéquipier Zachary Cadorette (65 pour cent).

Tant qu’à y être, William Villeneuve, dont le nom est dans le carnet de tous les recruteurs de la LHJMQ, est le premier pointeur des défenseurs du circuit avec 34 points, dont neuf buts, en 40 parties.
Reste à voir maintenant pour l’équipe si la page des séries éliminatoires sera aussi reluisante et décorée d’étoiles que celle de la saison régulière. Début de l’aventure jeudi à l’aréna de Magog face aux Forestiers d’Amos.