La série quart-de-finale opposant les Braves aux Gladiateurs de Mascouche s'amorcera à Farnham vendredi.

Les Braves se méfient de Mascouche

Champions de la saison régulière dans la Ligue de hockey junior AA Laurentides-Lanaudière, les Braves de Farnham amorcent leur série quart de finale face aux Gladiateurs de Mascouche, sur le coup de 21 h 30 vendredi soir à l'aréna Madeleine-Auclair.
Sur papier, la confrontation « deux de trois » s'annonce pour le moins inégale. Farnham a dominé le classement général par une dizaine de points, tandis que Mascouche présente la pire offensive parmi les clubs qualifiés en séries.
Le grand patron des Braves, Jean-Charles Lajoie, tient à éviter l'excès de confiance, un piège qui guette naturellement les clubs favoris. « Il ne faut pas se fier aux 23 points d'écart, assure-t-il. On a une confiance à rebâtir. La nature humaine étant ce qu'elle est, si on croit que c'est dans la poche, on risque de se réveiller déçus dimanche. »
Lajoie estime qu'après un lent départ, les Gladiateurs ont connu une nette progression au fil de la saison. Samuel Desjardins (43 points en 26 matchs réguliers), Jean-Philippe Picard (41 en 25) et Rémi Bourgon (38 en 28) seront les principaux noms à surveiller au sein de l'attaque mascouchoise.
Les Braves seront quant à eux forcés d'apporter quelques ajustements à la ligne bleue. Blessé à l'épaule en demi-finale du tournoi de Montréal-Nord, le pilier défensif Xavier Brodeur manquera à l'appel ce week-end. « Il a été sorti sur une commande du banc (des Cyclones de Joliette-Crabtree). C'était une belle job de bras... », déplore Lajoie.
Pour le reste, les Braves aligneront leur alignement habituel, misant notamment sur Jonathan Cloutier et Samuel Deslandes, les deux meilleurs marqueur du circuit au terme du calendrier régulier.  
Convoités par l'équipe, les anciens des Inouk Charles-Olivier Jolin et Cédric Charbonneau ne seront pas disponibles pour cette série.
Le gardien Charles-Olivier Lajoie devrait être d'office devant ses partisans vendredi ainsi qu'à Mascouche samedi (19 h 30). Si la confrontation se rend à la limite, le troisième match sera disputé à compter de 21 h dimanche soir. Un rythme effréné qui ne fait pas l'affaire de tous. « Je trouve que c'est un horaire un peu hasardeux. Je trouve ça dommage pour les équipes qui seront éliminées aussi rapidement », fait valoir Jean-Charles Lajoie.