Les Braves ont signé une victoire de 7-3 face au V. Boutin de Plessisville, dimanche après-midi, à l'aréna Madeleine-Auclair, dans le cadre de la finale régionale de l'Estrie.

Les Braves partagent les honneurs

Les Braves de Farnham ont partagé les honneurs du programme double les opposant au V. Boutin de Plessisville ce week-end, s'inclinant d'abord 6-5 samedi soir, avant de rebondir avec un gain de 7-3 dimanche devant leurs partisans réunis à l'aréna Madeleine-Auclair.
Les deux grands rivaux se retrouvent ainsi à égalité 1-1 dans cette finale de l'Estrie visant à déterminer la formation qui représentera la région à la coupe Dodge, soit le championnat provincial junior AA.
L'entraîneur-chef et directeur général des Braves s'est dit très satisfait de la prestation de sa troupe qui n'avait plus joué depuis son élimination au premier tour des séries de la Ligue de hockey junior AA Laurentides-Lanaudière, il y a six semaines.
« Pour un deuxième match en un mois et demi, je trouve qu'on a disputé un très bon week-end de hockey. Je suis très soulagé. Ça fait du bien de voir ça. La qualité de matchs qu'on a eue, c'est extraordinaire. Ça fait longtemps qu'on n'a pas joué du vrai beau hockey comme ça même si on a perdu 6-5 samedi soir. »
Dimanche, la bataille des unités spéciales a tourné en faveur des Braves qui ont fait payer le V. Boutin pour son indiscipline en marquant deux filets avec un joueur en plus sur la glace.
« On a été très bons dans cette phase de jeu là. On n'a rien donné en désavantage numérique. Notre gardien (Charles-Olivier Lajoie) a fait les bons arrêts aux bons moments, surtout tôt dans le match. C'était parfait. C'est vraiment une belle victoire d'équipe », a résumé Lajoie.
« On les a étouffés »
Les Braves ont disputé une solide rencontre du coup de sifflet initial jusqu'à la sirène finale, dimanche. Peu après avoir vu Samuel Deslandes­ sauver avec son bâton un but qui semblait pourtant acquis, Gabriel Maheu a ouvert la marque à mi-chemin de la première période lors d'une montée à deux contre un qu'il a conclue avec un tir foudroyant dans le coin supérieur gauche.
Plessisville a créé l'égalité au milieu du deuxième vingt, mais quelques instants plus tard, Jonathan Cloutier­ a profité d'une échappée pour redonner les devants à Farnham. Justin Racine a ensuite fait scintiller la lumière rouge à l'aide d'un puissant tir frappé donnant un coussin de deux buts aux Braves.
Cloutier et Racine ont par la suite combiné leurs efforts lors d'un surnombre pour porter le score à 4-1. Les deux joueurs ont effectué un bel échange auquel Cloutier a mis la touche finale avec un tir vif au ras de la glace qui a déjoué Antoine Boislard.
Le V. Boutin a rétréci l'écart avec deux filets en troisième période, mais les Braves ont inscrit trois buts, dont un dans un filet désert, pour fermer les livres.
« Lorsqu'on tombait dans la merde, on se sortait du trouble tout de suite. On a fermé l'espace et ils ont eu très peu de chances de marquer. On les a étouffés. Ce sont des spécialistes pour revenir dans les matchs, mais cette fois, on les a empêchés de le faire. Aussitôt qu'ils marquaient un but, on en marquait un peu de temps après », a relevé Jean-Charles Lajoie.
Momentum
Bien évidemment heureux de l'issue de ce duel chaudement disputé - malgré ce que le score final peut laisser croire -, le coach des Braves n'avait que de bons mots pour ses joueurs après la partie.
« C'est l'un des matchs où on a le mieux géré nos émotions de l'année. On a tendance à se sortir mentalement de la game, donner de l'air à l'adversaire pour rien, mais on ne l'a pas fait aujourd'hui. Je suis très content. On a montré beaucoup de caractère, du premier au dernier joueur », a noté Lajoie.
Cette série trois de cinq se poursuivra vendredi soir prochain à 21 h du côté de Plessisville. Les deux clubs s'affronteront de nouveau le lendemain au domicile du V. Boutin tandis que le match no 5, si nécessaire, aura lieu à l'aréna Madeleine-Auclair dimanche prochain à 15 h 30.
« Se retrouver à 1-1 après avoir passé plus d'un mois sans jouer, c'est parfait. On est vivants, on est rodés et on a pogné le momentum. Maintenant, on veut s'en aller là-bas et voler au moins un match. On veut étirer notre vie. Ce qu'on veut à la limite, c'est d'avoir une game no 5 ici (à Farnham) », a confié Jean-Charles Lajoie.