Ken Hitchcock a mené les Blues à la finale de l'Ouest la saison dernière et il vient au deuxième rang de l'histoire du club avec une fiche de 284-124-41 en six campagnes.

Les Blues ont congédié Ken Hitchcock

Les Blues ont congédié sans avertissement l'entraîneur-chef Ken Hitchcock, mettant un terme à la dernière saison du vétéran à St. Louis et forçant Mike Yeo à prendre les commandes d'un club décevant plusieurs mois avant la date prévue.
Le directeur général Doug Armstrong en a fait l'annonce, mercredi, au lendemain de la cinquième défaite des Blues en six parties.
« Nous n'avons aucune fierté, a déclaré Armstrong, visiblement frustré, en conférence de presse. Je ne crois pas que nous ayons fourni le plein effort et, malheureusement, Ken doit payer pour tous nos échecs, à commencer par les miens. »
Âgé de 65 ans, Hitchcock était avec les Blues depuis le 8 novembre 2011, quand il a remplacé Davis Payne. Il a mené l'équipe à la finale de l'Ouest la saison dernière et il vient au deuxième rang de l'histoire du club avec une fiche de 284-124-41 en six campagnes. L'équipe a participé aux séries à chacune de ses cinq saisons à la barre.
« Nous avons laissé notre groupe se scinder et devenir des mercenaires, a poursuivi Armstrong, qui a informé Hitchcock de sa décision mardi soir après la défaite contre les Jets de Winnipeg. Nous avons adopté une culture perdante et Ken en paye le prix. »
Armstrong a confié que Hitchcock n'avait pas digéré sa décision.
« Il était arrogant vers la fin, a convenu Armstrong. Il n'y a pas eu de "kumbaya" hier soir. Il était fâché. »
Mike Yeo profitera d'une deuxième chance de diriger dans la LNH.
Rendement décevant
Les Blues sont l'une des déceptions du circuit Bettman cette saison, eux qui occupent actuellement la deuxième place des clubs repêchés dans l'Association Ouest, avec une fiche de 24-21-5 pour 53 points en 50 rencontres. L'équipe a subi un cinquième revers à ses six dernières sorties, mardi, s'inclinant à domicile devant les Jets de Winnipeg.
Reconnus comme étant une équipe à la défensive hermétique sous Hitchcock, les Blues ont accordé 28 buts dans leurs six derniers matchs et le travail des gardiens de but a été problématique depuis le début de la saison. Jake Allen, Carter Hutton et Pheonix Copley montrent un taux d'efficacité de ,887, le pire de toutes les équipes de la ligue.
Yeo a mentionné qu'Allen est présentement le gardien no 1 de l'équipe, ainsi que celui d'avenir. Il a ajouté qu'il ne s'attendait pas à chambarder sa formation afin de secouer ses joueurs, même si les Blues doivent affronter les Maple Leafs de Toronto jeudi.
« Nous devons tous exploiter davantage notre potentiel, a dit Yeo. Nous mettrons l'emphase sur l'effort, ça c'est certain. »
La différence avec l'an dernier est frappante. Non seulement les Blues avaient-ils atteint une première finale d'association depuis 2001 - s'inclinant en six matchs devant les Sharks de San Jose -, mais ils avaient conclu la saison avec la deuxième meilleure fiche dans l'Ouest, avec 49 victoires et 107 points malgré plusieurs blessures à des joueurs clés.
Il a dirigé 20 ans dans la LNH avec les Stars de Dallas, les Flyers de Philadelphie, les Blue Jackets de Columbus et les Blues. Il a gagné la coupe Stanley avec les Stars en 1999. Ses 781 victoires lui confèrent le quatrième de l'histoire de la LNH, une de moins qu'Alger Arbour.
Yeo profitera d'une deuxième chance de diriger dans la LNH. Il a été en charge du Wild du Minnesota pour cinq saisons, les guidant à trois participations en séries. Il avait toutefois été limogé après 55 rencontres lors de la dernière campagne.
Le natif de North Bay, en Ontario, a mené les Aeros de Houston à la finale de la Coupe Calder à sa seule saison dans la Ligue américaine. Il avait fait partie du groupe d'entraîneurs des Penguins de Pittsburgh pendant quatre saisons auparavant.
Avec l'Associated Press