Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Danny Gélinas
La Voix de l'Est
Danny Gélinas
Jeune femme dynamique, Geneviève Rheault s’est toujours impliquée dans plusieurs organismes à Granby.
Jeune femme dynamique, Geneviève Rheault s’est toujours impliquée dans plusieurs organismes à Granby.

Les Bisons vont adorer Geneviève Rheault !

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Si il y a deux ou trois semaines le confrère Tassé a dressé un brillant portrait de la très sympathique Geneviève Rheault, la nouvelle recrue des Bisons, qui fut récemment embauchée par le proprio de l’équipe Christian Roy (lui aussi très sympathique !) en tant que directrice du développement, pour ma part, j’avais l’intention d’y apporter un éclairage différent étant donné que je la connais depuis une bonne dizaine d’années.

Entre vous et moi, vous verrez, c’est une véritable dynamo cette Geneviève : dynamique, brillante, passionnée et surtout, toujours souriante.

*****

Un des amis que nous avons en commun m’avait dit à son sujet l’année dernière : « C’est certain qu’un jour ou l’autre, lorsque je vais décider de me partir en affaires, je vais vouloir avoir Geneviève à mes côtés. Elle a tellement de drive et en plus, elle voit des choses que personne ne voit, tous ces petits détails qui souvent font la différence entre une réussite ou un échec. D’autre part, tu le sais comme moi, elle a un charisme fou, ce qui fait en sorte qu’elle va accomplir de grandes choses, j’en suis convaincu ».

Et bien entendu, j’étais définitivement en accord avec lui…

D’ailleurs, à force de la côtoyer, elle qui a travaillé pour le compte du Quillorama de Granby ainsi que des clubs de golf de Granby St-Paul et de Waterloo, je me suis souvent demandé pourquoi elle se tenait si loin des feux de la rampe puisqu’elle possède, à mon avis, l’étoffe pour être l’un des leaders dans notre communauté.

Était-ce par choix personnel ou tout simplement en raison d’un concours de circonstances ?

« Un peu des deux, je dirais, car vois-tu, dans ma vie, j’ai justement fait d’autres choix, dont celui d’avoir eu mes enfants à un très bas âge (son aîné Charles a maintenant 15 ans alors que ses deux filles, Chloé et Florence, ont respectivement 13 et 11 ans). Cela a bien entendu eu un impact sur mon cheminement. Pendant que mes anciens confrères de classe sont devenus médecins, par exemple, moi je possédais une garderie en milieu familial ! », se remémore cette femme de 37 ans.

La plupart de ses anciens compagnons de J.-H. Leclerc m’ont d’ailleurs déjà dit qu’elle était l’une des élèves les plus douées de sa cohorte.

« Même si je n’ai pas eu le même cheminement que la plupart des gens de ma génération, mon but a toujours été d’être satisfaite de moi-même, car je me suis toujours vu sortir de mon parcours secondaire ou du cégep avec un monde de possibilités devant moi. J’aimais ça aller à l’école ! Je me suis donc créé mon propre baccalauréat en effectuant toutes mes études universitaires à distance, et ce, avec trois enfants en bas âge encore à la maison. Je l’ai trouvée là, ma réussite ! », relate avec fierté cette diplômée en administration ainsi qu’en environnement et en éducation.

« Tu sais Danny, j’aurais pu lâcher mille fois, mais j’y tenais tellement ! Comme je suis une passionnée de tout, j’avais la possibilité de me créer un parcours à mon image et j’ai sauté à pieds joints. »

Effectivement, on ne peut que lui accoler le mot « passion » lorsqu’on la côtoie sur une base régulière…

*****

Mais qu’est-ce qui peut bien pousser une si gentille dame à vouloir s’impliquer au sein d’une équipe de hockey senior ?

« D’autant que je me souvienne, j’ai toujours aimé le hockey. Mon père a joué, mon oncle a joué et mon frère également. Alors aussi bien dire que j’ai été élevé là-dedans ! »

« Dernièrement, une gentille personne m’a dit : “Tes idées sont bonnes. Qu’est-ce qui t’empêche de les réaliser à l’échelle régionale, provinciale ou même nationale si tu y crois et que tu en as envie ? ” C’était en quelque sorte le genre de petit coup de pied qui allait me faire réaliser beaucoup de choses ! »

« En ce qui me concerne, disons que les Bisons représentent pour moi une première porte d’entrée dans le milieu d’un sport qui me passionne. Et tu le vois comme moi, l’équipe, c’est un beau véhicule non seulement pour la ville de Granby, mais également pour toute notre région. Elle existe depuis juste une saison et on voit déjà tout l’engouement qu’elle suscite. À chaque fois que je me suis présentée à l’un de leurs matchs, j’ai adoré le spectacle. »

« De plus, quand je lisais sur tout ce qui s’écrivait au sujet de l’équipe, ça me rejoignait vraiment. Lorsque je les ai vus s’associer entre autres au hockey scolaire, je ne pouvais qu’applaudir leur initiative, d’autant plus que David Lapierre est l’un de mes très bons amis. Le reste du chemin a donc été très facile à faire pour moi. En plus de présenter un bon show sur la glace, les Bisons sont devenus un véhicule incroyable dans le but d’aider davantage la persévérance scolaire. C’est incroyable, n’est-ce pas ? »

« On sait tous que le hockey est un sport qui est extrêmement polarisant, mais s’il peut également servir à autre chose, on viendra ici de réussir quelque chose qui touchera davantage de gens. Personnellement, je crois que ce véhicule-là peut devenir tellement puissant s’il est bien rôdé et j’ai bien envie d’en faire partie ! » conclut celle pour qui le don de soi fait partie de son ADN.

Directrice du développement, vous disiez ? Comme le disent nos collègues anglophones, Geneviève Rheault est « in the right place at the right time ! »