Alexis Guilbault (à gauche) avait amassé 11 points en 10 matchs depuis le début de la saison.

Les Bisons échangent Alexis Guilbault à Joliette

Depuis que l’équipe est déménagée à Granby, les Bisons font l’unanimité. Mais voilà, ils viennent de conclure une transaction qui ne fait pas le bonheur de tous.

Les Bisons ont échangé l’attaquant Alexis Guilbault aux Sportifs de Joliette moyennant le défenseur Brian Lovell, le dur Colin Rice et un choix au repêchage. La transaction passe difficilement sur les réseaux sociaux.

« Depuis quelques semaines, on accorde beaucoup de buts et beaucoup de chances de marquer, explique le directeur général Miguel Fortin. C’est devenu très difficile pour nos gardiens. Et on pense que l’arrivée de Lovell va solidifier pour la peine notre défensive. »

L’affaire, c’est que les partisans aimaient Guilbault, qui en était à sa troisième saison dans l’organisation. Après avoir amassé 30 points en 22 matchs la saison dernière avec les Maroons, il avait récolté 11 points en 10 rencontres depuis le début de la campagne.

« Alexis est avec nous depuis longtemps et c’est un joueur spectaculaire, qui a toujours eu de bonnes statistiques, reprend Fortin. On aurait aimé le garder, mais les Sportifs le voulaient absolument. Et nous, nous voulions Lovell. »

Lovell, 24 ans, qui fait 6’2’’ et 210 livres, a marqué deux buts en six matchs à Joliette depuis le début de la saison. Il a disputé trois saisons dans la LHJMQ, à Halifax et Québec, avant de terminer sa carrière junior à Valleyfield et Terrebonne, dans le junior AAA. Il a remporté la Coupe Memorial avec les Mooseheads en 2013.

« C’est un très bon défenseur, qui a l’habitude de jouer contre les meilleurs trios, dit encore Fortin. Il prend de la place sur une patinoire et ça, c’est une bonne chose parce que nous n’avons pas la défensive la plus lourde. Il va nous aider, c’est clair. »

Quant à Rice, l’autre joueur venu de Joliette, il n’a pas joué beaucoup au cours des dernières saisons. À 41 ans, il ajoutera de la profondeur, pour reprendre les mots de Fortin, à l’alignement des durs des Bisons qui, on va l’avouer, ont fait plusieurs acquisitions du genre au cours des dernières semaines.

« On veut que nos meilleurs joueurs soient en sécurité et nous sommes loin d’être le club le mieux équipé en matière de nombre de durs. Lorsque Christopher Saurette ou Jonathan Fortier ne sont pas disponibles ou soignent un bobo, nous nous retrouvons rapidement en déficit. »

Les Bisons disputeront leur prochain match samedi alors qu’ils recevront les puissants Loups de La Tuque au centre sportif Léonard-Grondin.