Danny Gélinas
La Voix de l'Est
Danny Gélinas
Mon bon ami Alain Balthazard, connu comme Barrabas dans la région, fête aujourd’hui son 70e anniversaire de naissance. Bonne fête mon Alain !
Mon bon ami Alain Balthazard, connu comme Barrabas dans la région, fête aujourd’hui son 70e anniversaire de naissance. Bonne fête mon Alain !

Les 70 ans d’Alain et des exploits peu communs !

CHRONIQUE / Dans l’une de mes chroniques presque à pareille date l’été dernier, j’ai souligné à ma manière les 70 ans d’une personne qui m’est très chère, en l’occurrence l’un de mes mentors, André « Moose » Dupont. Vous me permettrez de récidiver cette année en souhaitant un 70e anniversaire à mon bon ami Alain Balthazard, qui aujourd’hui même – samedi 15 août – fait son entrée dans le club des septuagénaires.

Afin de célébrer dignement l’événement, 32 de ses amis-golfeurs se réuniront ce matin sur les magnifiques allées du Parcours du Vieux-Village. Inutile de vous mentionner que l’on devrait s’y raconter des anecdotes et des histoires de toutes sortes !

Il va sans dire que bon joueur, le DG et professionnel Marc Hurtubise aura sans aucun doute donné congé à Alain pour la journée, lui qui est toujours d’office les week-ends en tant que marshall. Et les gens l’aiment, « leur » Alain !

Pour ma part, si à mes tout débuts comme chroniqueur dans la région (rappelez-vous de celle qui s’intitulait « Dans les filets du Kid », publiée jadis dans Le Plus), j’ai connu Alain suite à ses exploits sur la scène du golf en Estrie, il est devenu au fil du temps non seulement un ami précieux, mais aussi l’un de mes intimes dont j’apprécie particulièrement la compagnie. 

Il y a trois semaines, vous auriez dû voir le sourire de mon père et le mien lorsqu’Alain est apparu dans notre cour arrière alors qu’en famille, nous nous apprêtions à célébrer mes 48 ans ! En l’espace de quelques instants, mon père, qui est affligé par de graves problèmes de santé depuis plusieurs années, les avait mis de côté afin de se remémorer avec Alain de nombreux souvenirs du temps où tous les deux fréquentaient le CEU (Centre des études universitaires) de Trois-Rivières. 

Gentil, posé, chaleureux et aimable, telles ne sont que quelques-unes des qualités que possède notre homme.

Bon 70e Alain, et surtout, profite bien de cette journée bien spéciale !

*****

Parlant d’événement à célébrer, je souhaite un heureux 51e anniversaire de mariage demain à mes parents Yvon et Raymonde, eux qui ont uni leurs destinées le 16 août 1969. Des parents que j’adore !

*****

Yves Gendron

Dans un tout autre ordre d’idées, félicitations à mon ami Yves Gendron, notre champion senior bien à nous, qui a récemment roulé une ronde de 68 (34-34, 4 coups sous la normale).

À noter que Yves, qui ne fait pas ses 55 ans, avait déjà égalé cette marque il y a une quinzaine d’années au défunt club privé de Chambly. 

Il va sans dire que tous ses amis — dont fait partie l’impayable Mike Dubé — ont assurément fêté l’événement dignement.

Un hiver très occupé attend l’ancien des Voltigeurs de Drummondville Félix Lauzon.

ON EN JASE AUTOUR D’UN BON CIGARE

Je joue au golf depuis exactement 41 ans à raison d’une centaine de rondes par année en moyenne, cela inclut bien sûr toutes celles disputées lors de mes « pèlerinages » annuels dans le sud.   

Je me souviens que lorsque j’étais junior, il n’était pas rare que je dispute 36, 45 ou même 54 trous dans une même journée.

Bien que je possède une marge d’erreur (handicap) que je pourrais qualifier de « très acceptable », je n’ai par contre jamais fait de trou d’un coup.  

Je suis passé bien près, même encore cette année à trois occasions avec des balles frappées à moins de trois pouces de la coupe. Mais toujours pas de trou d’un coup !

J’ai beau avoir réussi au moins une quarantaine d’aigles depuis que je joue au golf, dont 7 ou 8 sur des normales 4, un as, jamais !

Alors, lorsque j’entends quelqu’un dire que telle ou telle personne en a effectué un, cela me fait donc un énorme plaisir de vous en faire part.

D’ailleurs, il semble que les deux parcours du club Granby St-Paul, propriété de mon bon ami Joslin Coderre, soient devenus une référence en la matière, car plusieurs golfeurs ont pu y sabrer le champagne étant donné leur brillante réussite. 

En voici une récente nomenclature :

Sur le parcours « Boivin » :

— Marc Biron, au trou no 17 

— Roger Landry, au trou no 15

— Michel Garand, au trou no 1

—  Mike Belley, aussi au trou no 1  

Sur le parcours « Yamaska » :

— Jean Coderre au trou no 18

—  Sylvain Langlois au trou no 10

—  Julie Drapeau, également au trou no 10

Un gros merci à mon ami Mario Picard, qui m’a transmis ces informations.

*****

À moins d’un revirement total de situation, il semble bien que les partisans des Bisons devront faire leur deuil du hockeyeur de Roxton Pond Félix Lauzon, du moins en ce qui concerne la prochaine saison, car celui-ci devrait vraisemblablement endosser les couleurs du Cool FM dans la Ligue nord-américaine de hockey.

C’est donc dire que ce jeune homme fort sympathique devrait avoir un hiver passablement occupé puisqu’en plus de sa carrière de joueur de hockey et des études universitaires qu’il poursuivra à l’Université Concordia, il en débutera une autre, ayant décidé de prendre les rênes des Titans M-12 mineur du Verbe Divin en compagnie de son frère Samuel, qui n’a également plus besoin de présentation. Comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, j’ai appris que le dynamique David Laliberté, un ancien produit des Vics de Granby, devrait appuyer cet excellent duo.   

On leur souhaite donc la meilleure des chances !