Nommé entraîneur-chef des Inouk mardi dernier, Alex Bourret a rencontré ses joueurs pour la première fois le week-end dernier. «Je tente d’inculquer l’identité que je veux. Après deux jours, ça ressemble déjà à une équipe qui me plaît», a-t-il affirmé dimanche.
Nommé entraîneur-chef des Inouk mardi dernier, Alex Bourret a rencontré ses joueurs pour la première fois le week-end dernier. «Je tente d’inculquer l’identité que je veux. Après deux jours, ça ressemble déjà à une équipe qui me plaît», a-t-il affirmé dimanche.

L’ère Bourret officiellement lancée chez les Inouk

Jonathan Gagnon
Jonathan Gagnon
La Voix de l'Est
L’ère Bourret chez les Inouk a officiellement débuté samedi, alors que l’équipe tenait la première journée de son camp d’entraînement. Plusieurs nouveaux visages ont fait leur apparition à l’aube d’une saison qui s’annonce plutôt prometteuse malgré la pandémie.

Nommé entraîneur-chef mardi dernier, Alex Bourret a parlé d’un week-end fructueux tenu dans des circonstances inédites.

En raison de la COVID-19, plusieurs groupes de huit joueurs se sont succédé sur la patinoire principale du Centre sportif Léonard-Grondin. Afin de favoriser la distanciation sociale, les réunions ont été tenues dans les gradins plutôt que dans une salle de conférence. Les douches n’étant pas accessibles, les athlètes ont aussi dû se laver à la maison!

«On a dû faire les choses différemment, mais je suis globalement satisfait», a confirmé Bourret en entrevue avec La Voix de l’Est dimanche soir. «Je tente d’inculquer l’identité que je veux. Après deux jours, ça ressemble déjà une équipe qui me plaît.»

L’ancien choix de premier tour des Trashers d’Atlanta souhaite bâtir une formation talentueuse, mais aussi très travaillante.

«Je comprends que l’objectif est de gagner un championnat. Mon rôle est d’aider les joueurs, mais il y a des efforts à mettre pour se rendre jusque-là», a-t-il souligné.

Gaudreault au rendez-vous

Si son absence samedi a sans doute alimenté les craintes de certains partisans, Yan-Cédric Gaudreault était bel et bien présent au camp dimanche. En entrevue avec une station de radio de la région de Charlevoix à la mi-mai, le redoutable marqueur disait pourtant avoir l’intention de se concentrer sur ses études et le coaching. Il a visiblement revu ses plans, pour le plus grand bonheur de la direction granbyenne.

Rappelons que Gaudreault a été obtenu comme compensation dans la transaction qui a envoyé Marc-Antoine Dufour, probablement le meilleur gardien de l’histoire des Inouk, avec l’Everest de la Côte-du-Sud en début d’année.

L’attaquant de puissance Sean-Mickael Kalombo figure aussi parmi les principaux nouveaux venus, lui qui a été acquis des Prédateurs de Joliette en retour d’un choix conditionnel de deuxième tour lors du dernier repêchage.

Alex Bourret estime que les Inouk miseront sur «un des bons groupes de vétérans dans la ligue». Zackary Daneau, le revenant Frédéric Abraham et Gaudreault s’ajoute à un groupe qui comprenait déjà Miguel Duchaine, Jacob Graveline et Jérémie Major.

Le directeur général Samuel Bessette et ses adjoints ont d’ailleurs fait le ménage parmi leur bassin de joueurs de 20 ans. On ne devrait pas revoir les défenseurs Jérémie Désautels (un patineur originaire de Granby), Justin Sanschagrin et William Paquette ni les attaquants Thomas Fredette, William Pagé et Shawn Soliman.

Alors qu’on lui prêtait des intentions de découvrir l’Ouest canadien, l’ailier Joakim Bergeron est finalement de retour.

On croit cependant déceler plus d’incertitudes devant le filet. Les gardiens Nicolas Gendron, Thomas Lemoine et Olivier Marceau sont actuellement au camp, tandis que Jérémy Harbec a été le seul joueur retranché au terme du week-end. Les dossiers de Tommy Da Silva et David Provencher, deux cerbères qui tentent leur chance au niveau junior majeur, seront suivis de près.

«J’aime ce que je vois avec les joueurs présents, mais on a aussi quelques éléments intéressants qui pourraient s’ajouter», a mentionné coach Bourret.

Un DG soulagé

Les derniers mois ont été pour le moins tumultueux dans l’entourage des Inouk. Tenu à l’écart d’un processus de vente qui semble heureusement en voie de se conclure, Samuel Bessette a néanmoins continué de bâtir l’édition 2020-21.

«Avec tout ce qui s’est passé et la pandémie, c’est certain que je suis un peu soulagé, a-t-il reconnu dimanche. Les gars ont quitté l’aréna avec des objectifs communs et un sourire sur le visage.»

Les Inouk disputeront leur premier match préparatoire à Valleyfield jeudi, avant de recevoir les Braves le lendemain soir.