Martin Ducharme a créé l’Invitation Bromont pour permettre aux golfeuses professionnelles de performer dans un tournoi d’importance dans l’Est canadien, tout en côtoyant des golfeuses amateures.

L’élite du golf féminin attendue à Bromont

L’élite du golf féminin dans l’est du Canada se donne rendez-vous à l’Invitation Bromont, un nouveau tournoi qui sera jumelé aux championnats provinciaux amateur et senior féminins. Quelque 120 golfeuses de haut niveau seront au Golf Château-Bromont du 20 au 22 juin.

« Si on élimine le tournoi de la LPGA (Ladies Professional Golf Association), qui a lieu peut-être une fois aux dix ans au Québec, il n’y a rien qui se faisait dans l’Est canadien chez les femmes, affirme Martin Ducharme, directeur général du Golf Château-Bromont. On dirait qu’elles sont toujours laissées pour compte. Ça fait un an qu’on travaille sur ce dossier-là pour faire quelque chose. Ça va être un rituel annuel. »

La Ville de Bromont et le Domaine Château-Bromont seront les présentateurs de ce tournoi chapeauté par la fédération Golf Québec. La Ville a accordé 5000 $ à l’Invitation Bromont.

L’événement a ceci de particulier : les professionnelles et les amateures joueront ensemble. Les 120 joueuses, qu’importe leur association, feront partie du même tirage des départs lors de la première journée. Les départs des journées suivantes dépendront des pointages.

Une belle rivalité s’installera, si bien que le niveau de jeu attendu est très élevé, prévoit M. Ducharme. Les amateures voudront battre les professionnelles, mais celles-ci tenteront tout pour éviter la défaite.

« Du côté amateur, la gagnante peut se positionner sur l’équipe canadienne. Du côté professionnel, c’est le fun parce que la bourse garantie à la gagnante est de 10 000 $. »

Surprise sur la scène golfique
M. Ducharme raconte qu’Invitation Bromont a été une surprise pour l’industrie du golf au Canada.

« Je peux vous dire qu’on est regardés de tous bords, tous côtés. On va être très analysés par l’industrie du golf au complet parce qu’il va y avoir des conséquences à ça. Je pense qu’on vient de semer quelque chose qui va réveiller l’industrie du golf. C’est pas juste l’élite masculine. Dans le PGA Tour, il y a des femmes aussi et on doit s’en occuper et organiser des événements qui soient lucratifs pour elles. Il y a des femmes ici qui percent dans la LPGA, mais il n’y en a pas beaucoup parce que, financièrement, elles n’arrivent pas à boucler les fins de mois. »

C’est pourquoi la bourse garantie de cette première édition est déjà à 10 000 $, et le directeur général du Golf Château-Bromont assure qu’elle est appelée à grimper au fil des ans.

« Le but, l’année prochaine, c’est d’être l’événement numéro 1 au Canada et à ce jour on s’en va là, promet Martin Ducharme. On ne fait jamais rien pour rien. »

Les Canadiennes seront favorisées dans la sélection des joueuses par Golf Québec. Elles devront aussi avoir fait leurs preuves précédemment.

Chez les professionnelles, 55 places sont disponibles, tandis qu’il y aura 35 places chez les amateures et 20 autres chez les seniors.

Le public est évidemment invité à venir les voir à l’œuvre. « Ça va être spectaculaire ! J’aimerais avoir le plus de juniors possible qui viennent voir ça. Ils vont avoir des étoiles dans les yeux. »

Retombées dans la région
Difficile d’évaluer les retombées économiques pour un événement qui n’a pas encore eu lieu. Par contre, elles seront intéressantes pour la région, croit M. Ducharme.

« On met la région sur la map. C’est important de faire rayonner la région de Bromont et des Cantons-de-l’Est. »

Les golfeuses seront probablement accompagnées de leurs proches et logeront à Bromont, tout comme les arbitres et les gens de Golf Québec. Sans oublier les spectateurs qui consommeront des repas et de l’essence pour leurs déplacements.

Le Golf Château-Bromont est l’un des plus observés par les associations de golf pour l’organisation de tournoi en raison de l’hébergement qui est offert au même endroit et pour la sécurité qui y règne.

Le club a d’ailleurs été invité à soumissionner pour deux événements majeurs d’envergure internationale.

« Une grande table sera réunie pour voir si on accepte la mise en candidature [pour le Championnat junior mondial] et pour voir comment on peut y arriver au besoin. »

Des intervenants des différents paliers gouvernementaux sont invités à participer à la décision puisqu’ils devront être impliqués, explique Martin Ducharme, de même que Tourisme Cantons-de-l’Est et Tourisme Bromont.

Lors de ce championnat, plus de vingt pays sont représentés.

Il y a aussi le Trophée Astor, qui réunit des pays du Commonwealth.

« Ça regroupe moins de pays, mais autant de monde. Pour les deux événements, c’est sur une semaine complète. Et là, les retombées économiques sont beaucoup plus importantes. »

Il se sent privilégié d’être invité à soumissionner sur des événements de golf aussi importants.

« On fait bouger l’industrie du golf et on avance dans la bonne direction pour faire briller et rayonner la région. »