Marc-Antoine Lefebvre estime que les Guerriers ont tous les outils nécessaires pour vaincre les Cards, et même «aller jusqu’au bout» en séries.
Marc-Antoine Lefebvre estime que les Guerriers ont tous les outils nécessaires pour vaincre les Cards, et même «aller jusqu’au bout» en séries.

Lefebvre et les Guerriers visent toujours les grands honneurs

Jonathan Gagnon
Jonathan Gagnon
La Voix de l'Est
Sans doute parmi les favoris cette année, les Guerriers ont connu un parcours plus compliqué que prévu lors du calendrier régulier. Marc-Antoine Lefebvre demeure néanmoins convaincu que la formation granbyenne a tous les outils nécessaires pour «aller jusqu’au bout».

« On a eu un début de saison très lent, mais on s’est progressivement mis en marche. Les choses vont bien dernièrement et je crois que c’est bon signe avant le début des séries », a affirmé le joueur de premier but mercredi, à la veille du début de la série de premier tour contre LaSalle.

Quelques revirements importants sont survenus en cours de route. Le départ impromptu du gérant Denis Lamontagne, qui se disait alors « fatigué et épuisé », a notamment pris tout le monde par surprise à la fin juillet.

« On ne s’attendait pas à ça, surtout pas à ce moment précis, a confirmé Lefebvre. Sur le coup, on s’est un peu retrouvés dans le néant. Plusieurs de nos joueurs connaissent Denis depuis longtemps. On l’apprécie comme personne et comme gérant, donc ça n’a pas été facile de le voir partir. »

« Par contre, je crois qu’on est chanceux d’avoir pu trouver un aussi bon candidat à cette période de l’année. »

Les Guerriers ont vite rebondi sous la gouverne de Mathieu Adam, mais ils ont tout de même fini deuxièmes au sein de la division Rawlings, derrière les Ducs de Longueuil. Marc-Antoine Lefebvre reconnaît qu’il s’attendait à mieux qu’une fiche de 14-8.

« Notre objectif en début de saison était de remporter les grands honneurs et ça n’a pas changé. Xavier Langlois veut absolument gagner à sa dernière année dans le junior élite et on est avec lui à 100 %. L’organisation mériterait aussi un championnat », a souligné le résident de Varennes, qui, à 21 ans, fait partie des leaders de l’équipe.

Rappelons que Granby avait subi un balayage contre les Orioles de Montréal lors des demi-finales en 2019.

« On aura besoin de tout le monde »

Les Guerriers ont néanmoins des raisons de se réjouir, eux qui surfent sur une séquence de cinq victoires. Leur attaque s’est classée parmi le premier tiers dans la LBJÉQ malgré les déboires d’Isaac Mailhot-Bérard, embêté par d’importants problèmes de vision.

En tenant compte du calendrier écourté, Lefebvre a de loin connu sa meilleure campagne avec une moyenne au bâton de ,437 et une récolte de 31 points produits. Mercredi, il a d'ailleurs reçu le titre de joueur offensif par excellence pour le mois d'août dans le circuit Brulotte. 

Alexandre Clavette, Charles Deguire, Alexandre Lapointe, Thomas Sansregret et Langlois ont eux aussi conservé une moyenne supérieure à ,300 en saison régulière.

« On aura besoin de tout le monde. Peu importe ce qui s’est passé en saison, tu peux être le héros en séries. On doit oublier les chiffres et travailler en équipe », a fait valoir Marc-Antoine Lefebvre, converti au premier coussin pour remplacer l’excellent Dave Gauthier.

Principalement utilisé en relève jusqu’ici, Jeffrey Dupont remplit un rôle important chez les Guerriers.

Tel qu’anticipé, le départ du droitier Zachary Gagnon s’est fait sentir au cours des dernières semaines. N’empêche que seuls les puissants Bisons de Saint-Eustache (91) ont accordé moins de points que les Guerriers (98).

Les performances de plusieurs lanceurs sont quelque peu passées sous le radar, en commençant par celles du jeune Thomas Sansregret (moyenne de 2,50 en 22 manches), qui devrait obtenir le premier départ face aux Cards jeudi. Les releveurs Josua Ouellet et Jeffrey Dupont ont aussi fait du très bon boulot.

Le 12 août dernier, le directeur général Mathieux Rochefort comptait toujours sur Francis Krakana, qu’on a vu une seule fois dans la LBJÉQ en 2020. Le vétéran de 22 ans lancerait toutefois régulièrement à un niveau inférieur du côté de l’Outaouais.

Trop forts pour les Cards ?

Puisque les équipes de la LBJÉQ affrontaient uniquement leurs rivaux de division en saison régulière, COVID oblige, les Cards (fiche de 9-13) et les Guerriers ont amplement eu le temps de faire connaissance. Ces derniers ont remporté quatre des six confrontations entre les deux équipes, infligeant notamment des raclées de 28-9 et 15-1 à leurs adversaires montréalais.

La perte de William Sierra et Conor Angel, qui a concédé un maigre point en 22 manches avant de passer au sud de la frontière, a considérablement affaibli l’enclos des Cards.

« Angel est probablement le meilleur lanceur de la ligue, donc c’est que certain que ça paraît qu’il n’est plus là. De ne pas avoir à l’affronter, ça nous enlève de la pression », a avoué Marc-Antoine Lefebvre.

Ce dernier assure cependant que les Guerriers sont loin de prendre leurs opposants à la légère. Ils devront notamment se méfier de Philippe-Jacques Bellemare et Ryan Bawart, qui ont respectivement produit 10 et 11 points jusqu’ici.

« Une fois en séries, tout peut changer. La valeur des équipes sur papier ne veut plus rien dire. Mais je crois qu’on a ce qu’il faut pour se rendre loin... »

Cette série « trois de cinq » débutera donc au Stade Napoléon-Fontaine jeudi soir. L’action se déplacera au Stade Denis-Boucher de Lachine samedi, alors qu’on présentera un programme double. S’ils s’avèrent nécessaires, les matchs 4 et 5 seront disputés à Granby dimanche.