Malgré les apparences, Jordan Roy n’a pas réussi à marquer sur cette séquence captée devant le filet de William Lavallière­.

Leblanc et Denis, le duo d’enfer des Inouk

Selon Patrice Bosch, ce n’est pas uniquement à William Leblanc et à Louis-Philippe Denis de prendre en main l’attaque des Inouk. Mais voilà que le duo d’enfer a encore fait des ravages, vendredi soir au centre sportif Léonard-Grondin, dans la victoire de 6-4 des Granbyens aux dépens de Rangers de Montréal-Est.

Le travail de Leblanc et Denis a mené à quatre des six buts des Inouk face aux Rangers. Le premier a inscrit un tour du chapeau et a ajouté une passe alors que le second a amassé un but et deux passes.

Leblanc, le meilleur marqueur de la Ligue de hockey junior AAA, a maintenant 25 buts. Et il compte maintenant 103 buts en carrière dans le circuit Laporte.

Deux des buts de Leblanc et celui de Denis ont été marqués en… désavantage numérique. Oui, les Inouk ont frappé trois fois à court d’un homme. En envoyant sur la glace deux patineurs rapides comme Leblanc et Denis, Bosch risque de souvent causer de gros maux de tête aux entraîneurs adverses se retrouvant en situation d’avantage numérique.

« C’est la première fois que je réussis deux buts en désavantage numérique, a souligné Leblanc, qui va commencer à s’attaquer aux records d’équipe des Inouk. Après la défaite subie à Valleyfield, c’était important de revenir en force dès ce soir. »

Le no 47, on s’en doutera, adore jouer avec Denis.

« On se complète bien. On est deux gars assez semblables, assez terre à terre, et la chimie se transporte sur la patinoire. C’est certain que j’ai du plaisir avec lui. »

Tristan Belliveau (il a ajouté une passe) et Ludovic Caron ont enfilé les autres buts des Inouk, qui ont lancé 37 fois sur William Lavallière, qui avait été extraordinaire il y a quelques semaines lors de la première visite des Rangers à Granby. Il a été moins bon vendredi…

Marc-Antoine Dufour, lui, a été mis à l’épreuve 27 fois. Il a déjà connu de meilleurs matchs. Alexis Gaboury-Potvin est celui qui lui a donné le plus de misère en le déjouant à deux reprises.

Avec le score égal 3-3, les Inouk ont inscrit trois buts en un peu plus de deux minutes en troisième. Les Rangers ne s’en sont jamais remis.

Laurent Minville, absent en raison d’un projet scolaire, les blessés Nicolas Roy, Félip Bourdeau et Alexis Chicoine de même que Nathan Martel, suspendu un match, et Thomas Caron, parti avec les Remparts de Québec, constituaient la longue liste d’absents des Inouk, qui avaient appelé en renfort Étienne Bourdeau, le frère de Félip, un attaquant des Gouverneurs de Massey-Vanier.

Bosch simplement heureux

Patrice Bosch a déjà vu son équipe mieux jouer. Mais vendredi, il a pris les deux points sans rechigner.

« Dans les circonstances, avec tous nos absents, je suis simplement heureux qu’on ait trouvé une façon de gagner, a-t-il dit. On a des blessés, mais on a aussi, je peux vous le dire, plusieurs autres gars qui sont maganés. C’est difficile présentement. »

Il n’a obtenu qu’une passe, mais c’est à Miguel Duchaine que l’entraîneur a donné sa première étoile.

« On a promené Miguel toute la soirée, de l’attaque à la défense, de la défense à l’attaque. Il a tout fait et il a tout bien fait. »

Quand on lui a fait remarquer que William Leblanc et Louis-Philippe Denis, encore, avaient transporté l’attaque, Bosch a souri. Et en raison de tout ce qui se passe ces temps-ci, il ne sourit pas souvent.

« C’est vrai que Will et LP ont dirigé l’attaque, mais des gars comme Belliveau et Caron ont marqué dans des moments importants. Et j’ai vraiment apprécié. »

Les Inouk (11-7) ne disputeront leur prochain match que vendredi prochain alors qu’ils recevront les Flames de Gatineau. Pas de doutes, le congé fera du bien.