Les Maroons viennent de marquer un gros but. Mais c’est à la deuxième minute de la troisième période de prolongation que tout se décidera.

Le triomphe des Maroons, la fierté de Michel Deschamps

L’Aréna Jacques-Chagnon n’étant pas disponible, c’est au Centre sportif Léonard-Grondin que les Maroons de Waterloo et le Turmel de Lac- Mégantic avaient rendez-vous pour le septième et ultime match de la série finale de la Ligue de hockey senior des Cantons-de-l’Est en ce dimanche 19 avril 2015. Et question de rendre la soirée encore plus spéciale, encore plus historique, 42 minutes de prolongation ont été nécessaires afin de couronner un champion.

C’est un but de Jonathan Bouchard, à 1:26 minute de la troisième période de surtemps, qui a permis aux Maroons de remporter le championnat des séries devant plus de 1100 spectateurs.

« Mais il faut faire attention, car il ne restait pas 1100 spectateurs dans les gradins lorsque Jonathan a marqué, rectifie Michel Deschamps, qui dirigeait les Maroons. Il faut se rappeler que nous tirions de l’arrière 4-1 en milieu de deuxième période et que plusieurs amateurs avaient quitté pour aller regarder le match des séries du Canadien face au Lightning. »

Entamé à 17 h 30, le match a duré plus de quatre heures. Et il commençait à manquer de trucs à boire et à manger à l’aréna en fin de soirée.

« Je me souviens qu’on avait envoyé des gens au dépanneur pour acheter du Gatorade pour les joueurs et les arbitres, raconte Deschamps. Il faisait chaud et tout le monde avait soif ! »

Le but de Bouchard a été marqué sur un tir plutôt inoffensif. Le genre de but que l’on voit souvent en prolongation.

« Kevin Lachance, le gardien du Turmel, avait effectué de gros arrêts en surtemps. Je ne sais pas, je pense qu’il a manqué d’attention pendant une seconde et il en a payé le prix. Avant ça, les deux équipes avaient raté des chances incroyables. À un moment donné, tu regardes ça et tu te dis : “Advienne que pourra ! ” »

Bryce Luker et Olivier Laliberté se sont partagé le travail devant le filet des Maroons. Luker a entrepris le match, il a été remplacé à la suite d’un mauvais départ et il est revenu en prolongation après que Laliberté ait été blessé à une épaule.

Michel Deschamps derrière le banc des Maroons le fameux soir du 19 avril 2015.

« Mais je pense que bien des gens se souviennent encore de l’arrêt miraculeux que Lali a réalisé en première période de surtemps lorsqu’il s’est entendu de tout son long. C’était… incroyable ! »

Un groupe spécial

En 2014-2015, les Maroons (12-7-1) avaient terminé au troisième rang du classement général de la Ligue des Cantons-de-l’Est (sur six équipes), derrière Marieville et Coaticook. L’équipe avait perdu sept de ses dix premiers matchs avant de remporter neuf de ses dix derniers.

« La sauce a pris en fin de saison et nous étions prêts une fois en éliminatoires, reprend Michel Deschamps. Après avoir vaincu Sherbrooke en trois matchs dans une série deux de trois au premier tour, nous avons balayé Coaticook en quatre matchs au second. Puis, contre le Turmel, ça a été difficile. »

Deschamps parlera d’un groupe de joueurs « spécial ». Un groupe, clairement, qu’il a aimé.

« Il y avait du talent, beaucoup de talent, mais il y avait cette chimie qui faisait la différence. Bouchard, Kevin et Mathieu Asselin, Alex Côté, Samuel Morneau, Guillaume Pelletier qui sortait du junior AAA, Guillaume Karrer, Samuel Cloutier et Jonathan Delorme, qui arrivait aussi du junior… C’était une belle gang. Et c’était quasiment tous des gars du coin. »

Deschamps était accompagné d’Alex Lussier derrière le banc. Daniel Roy venait pour sa part de se joindre au groupe de propriétaires en compagnie de sa conjointe Karine. Robert Auclair était également très présent dans l'entourage de l'équipe.

« On a fêté notre victoire comme il se devait. On était tellement contents, on était tellement fiers. Cette victoire, c’est ma plus belle fierté sur le plan sportif. »

Ce triomphe des Maroons a donné un bel élan à la concession, qui a ensuite attiré de très belles foules à Waterloo jusqu’à ce qu’elle ne déménage à Granby. En fait, les Maroons de 2014-2015 ont redonné au hockey senior de l’importance dans la région.

« On a réussi un bel exploit et ça a eu un impact important », termine Michel Deschamps.