La deuxième mouture de la NetCup, le tournoi de Spikeball de Granby, s’est tenu dimanche au collège Mont-Sacré-Coeur et a accueilli une soixantaine de participants.

Le Spikeball, un sport qui gagne des adeptes

La deuxième mouture de la NetCup, le tournoi de Spikeball de Granby, se tenait dimanche sur le terrain gazonné du Collège Mont-Sacré-Coeur.

Qu’est-ce que le Spikeball ? « Je fais toujours l’analogie avec le volley-ball de plage, explique l’organisateur du tournoi, Étienne Penelle. C’est du deux contre deux et, comme au volley-ball, l’équipe a trois touches pour remettre la balle en jeu, mais au lieu de faire passer la balle par-dessus le filet, l’équipe doit la faire rebondir sur une trampoline. »

La deuxième mouture de la NetCup s’est amorcée avec 66 participants. Cette année, l’événement se tenait sur gazon et les participants avaient le choix entre deux catégories: compétitive et récréative. Une douzaine d’équipes étaient inscrites au volet récréatif, et 21 dans le volet compétitif. L’équipe gagnante du volet compétitif se méritait le grand prix de 100 $ ainsi qu’une inscription gratuite au prochain tournoi. Le duo vainqueur du volet récréatif se voyait aussi inscrit gratuitement au prochain tournoi.

Forte de l’expérience acquise au cours de l’édition précédente, l’organisation estime avoir été mieux rodée et mieux équipée cette année. Les frais d’inscription de l’année précédente ont notamment permis d’ajouter deux jeux de Spikeball pro à l’inventaire, et l’organisation souhaite encore en augmenter leur nombre pour que davantage de gens puissent participer et créer un plus grand engouement dans Granby.

La compagnie Spikeball possède le brevet de l’équipement, mais le sport, lui, se nomme le roundnet (filet rond), précise Étienne Penelle. Il explique la montée en popularité de ce sport par sa grande accessibilité. « C’est facile à jouer, tu as besoin de peu de gens, de peu d’équipement. C’est parfait pour jouer l’été, ils en ont même fait un pour jouer dans l’eau », ajoute-t-il.

Au Québec, il existe un circuit provincial qui comprend sept tournois officiels : Sherbrooke, Lévis, Rive-Nord, Rive-Sud, Gatineau et l’île de Montréal qui en compte deux.

Cette année, deux tournois bonus ont été ajoutés au circuit, celui de Trois-Rivières et de Rivière-du-Loup. Les joueurs accumulent des points à chaque compétition et le nombre d’adeptes est en croissance.

« On double les inscriptions des tournois année après année », assure l’ambassadeur de Spikeball Sherbrooke, Étienne Caron, qui a d’ailleurs gagné le tournoi de Granby dimanche en prolongation.

Créer une communauté

L’organisation du tournoi de Granby souhaite intégrer ce circuit et croit en ses chances. Pour y arriver, elle devra démontrer qu’une véritable communauté de ce sport est établie dans la région, explique Étienne Caron.

D’ici là, l’organisation de Spikeball Granby souhaite faire grandir l’engouement pour ce sport dans la ville et aimerait aussi faire découvrir ce sport aux entreprises.

Pour plus d’informations, l’organisation vous invite à les suivre sur la page Facebook de Spikeball Granby.