La 45e mouture de l’International Bromont n’aura pas lieu cette année, mais pourrait avoir lieu en 2021.
La 45e mouture de l’International Bromont n’aura pas lieu cette année, mais pourrait avoir lieu en 2021.

Le rideau tombe sur l’International Bromont

Depuis 1975, l’International Bromont avait été présenté sans interruption. La pandémie a toutefois eu le dernier mot, forçant les organisateurs à faire une entorse à cette tradition en annulant l’événement équestre pour 2020.

Il y a à peine quelques jours, le grand patron de l’International Bromont, Roger Deslauriers, avait encore un mince espoir de pouvoir présenter la compétition, prévue au calendrier du 22 juillet au 2 août. Étant donné la conjoncture, l’annulation était cependant incontournable.

«C’était difficile de planifier la suite des choses avec la COVID-19. On est toujours dans l’inconnu avec la relance des événements. On ne pouvait pas organiser l’International à deux semaines d’avis. On veut toujours faire une bonne job, alors on a convenu que c’était mieux d’annuler», a-t-il indiqué.

M. Deslauriers, qui porte l’événement phare à bout de bras depuis ses débuts, ne cache pas son désappointement. «Je suis déçu. Premièrement pour les spectateurs. Et deuxièmement pour les commerçants de Bromont. L’International est un apport économique important», a-t-il fait valoir.

L’aspect financier a également pesé dans la balance pour l’annulation de la compétition. «Disons que les commanditaires ne cognent pas à la porte depuis deux à trois mois, a concédé M. Deslauriers. Espérons que 2021 sera une meilleure année.»

C’est sans surprise que le maire de Bromont, Louis Villeneuve, a accueilli la nouvelle. «Le gouvernement a annulé les événements partout. Je ne m’attendais pas à ce que l’International ait lieu cette année. C’est difficile pour tout le monde et j’espère que tout rentrera dans l’ordre l’an prochain.»

«Je suis déçu. Premièrement pour les spectateurs. Et deuxièmement pour les commerçants de Bromont. L’International est un apport économique important», a fait valoir Roger Deslauriers.

Vente

En janvier dernier, un mécène, de concert avec la Société d’agriculture du comté de Shefford (SACS), propriétaire du site équestre olympique de Bromont, avait injecté la somme nécessaire pour assurer la pérennité du calendrier 2020 des événements. L’International Bromont en fait partie.

Or, la SACS traîne toujours de lourdes dettes. Devant l’impasse pour rallier les fonds requis pour le lancement du projet de modernisation du site olympique, dont le budget était estimé à 6 millions $, l’organisme a mis en vente la partie du terrain qui lui appartient, a dévoilé La Voix de l’Est en décembre.

Pour le moment, aucune transaction n’est envisagée à court terme, a indiqué Roger Deslauriers, qui s’est dit «légèrement impliqué» dans le dossier. L’enthousiasme n’est pas débordant à ce chapitre. «Espérons que ce sera pour le mieux pour l’an prochain, a dit le grand patron de l’International. C’est tout ce que je peux dire pour l’instant.»