Alexis, Anthony et Gabriel Chicoine (de gauche à droite) jouent pour la toute première fois ensemble cette saison. Le trio ne passe pas inaperçu.

Le rêve réalisé des frères Chicoine

Pour les partisans des Inouk, c’est Gabriel, Anthony et Alexis Chicoine. Dans le vestiaire de l’équipe, c’est Senior, Junior et Mini.

Deux frères au sein d’une équipe de hockey, on a déjà vu ça. Mais trois, c’est beaucoup plus rare. Et les Inouk comptent sur un trio qui, qu’on le veuille ou non, ne passe pas inaperçu,

« C’est la première fois de notre vie qu’on joue les trois ensemble, explique Gabriel, 20 ans, qui est aussi capitaine des Inouk. Et on ne s’en cache pas : on réalise un rêve. »

À Saint-Gabriel-de-Brandon, le mois dernier, Gabriel, Anthony et Alexis ont vécu un moment tout à fait magique, pour reprendre les mots de Junior, lorsqu’ils ont évolué sur le même trio. Et même si Gabriel est un défenseur.

« C’était quelque chose, se souvient Senior. Ça faisait un bout que j’en parlais à Pat (Bosch) et il a fini par dire oui. On se regardait juste avant la mise en jeu et on se disait : “Wow !” C’est pas un moment qu’on est à la veille d’oublier ! »

Gabriel et Anthony en sont à leur deuxième campagne ensemble avec les Inouk. Lorsque Alexis s’est pointé au dernier camp d’entraînement, il avait, avouera-t-il, une certaine pression.

« Gabriel et Anthony me disaient : “Allez, force-toi un peu !” Ils voulaient que je fasse l’équipe et moi aussi, je le voulais. Quand ça a été confirmé, on était tellement contents ! »

Leurs parents aussi, on s’en doute. Après avoir passé leur vie à se promener d’un aréna à l’autre parce que leurs garçons ne jouaient jamais dans la même catégorie, ils n’ont qu’un seul endroit à fréquenter cette saison. En plus, Saint-Dominique—Granby, ça se fait plutôt bien.

« À chacun des matchs au centre sportif Léonard-Grondin, y’a beaucoup de gens de la famille et beaucoup de gens de Saint-Dominique dans les gradins, souligne Anthony. On est chanceux à Granby parce qu’il y a toujours du monde. Mais quand tu sais que les membres de ta famille sont là, ça donne un petit boost supplémentaire. »

Le grand frère protecteur
Gabriel a 20 ans, Anthony en a 18 et Alexis, 17. Et même à l’aréna, Senior se fait protecteur de ses p’tits frères.

« Ce sont mes frères et je ne peux pas faire autrement. Ils font ce qu’ils veulent dans le vestiaire, ils se tiennent surtout avec les gars de leur âge, mais j’ai toujours un œil sur eux lorsqu’ils sont sur la patinoire. Lorsque Anthony donne une bonne mise en échec ou qu’Alexis réussit un beau jeu, je souris par en dedans, je suis content. C’est dur de les voir comme des coéquipiers complètement comme les autres. »

Les frères Chicoine sont unis par une très belle complicité. Ça se voit, ça se sent. Et ils n’ont pas peur de dire qu’ils s’aiment même s’ils sont à l’âge où on ne se dit pas souvent ces choses-là.

« Ce sont mes frères, mais ce sont d’abord mes amis, souligne Anthony. On joue ensemble, mais on est toujours ensemble, ou presque, aussi. Petits, on jouait sur la patinoire à l’arrière de la maison que nous faisait notre père. C’était toujours Alexis et moi contre Gabriel. Et c’était toujours lui qui gagnait ! »

Et Senior, Junior et Mini rient de bon cœur. Ils profitent de ces moments privilégiés où ils se retrouvent dans le même vestiaire. Car bientôt, ce sera fini.

« On va peut-être se retrouver un jour, je ne sais pas, reprend Gabriel. Cette saison, on prend ça comme un beau cadeau de la vie. C’est encore plus spécial dû au fait qu’on a une belle équipe. On se sent vraiment, vraiment privilégiés... »