Puisque les ajustements reliés à la crise de la COVID-19 n’ont pas encore été complétés, la saison de tennis ne pourra débuter mercredi à Granby.
Puisque les ajustements reliés à la crise de la COVID-19 n’ont pas encore été complétés, la saison de tennis ne pourra débuter mercredi à Granby.

Le retour du tennis devra attendre à Granby

De nombreux adeptes de tennis attendaient la journée de mercredi avec impatience alors qu’il est maintenant permis de disputer des matchs récréatifs en simple à l’extérieur. Ce n’est toutefois pas possible du côté de Granby, où les ajustements reliés à la crise de la COVID-19 n’ont pas encore été complétés.

«Nos terrains n’ouvriront pas (mercredi). Nous avons reçu les informations de la fédération québécoise (lundi), donc nous sommes actuellement en préparation», a expliqué Patrice Faucher, directeur du service de la coordination du loisir, des arts, de la culture et de la vie communautaire à la Ville de Granby, mardi après-midi.

«Au-delà de l’installation des filets et des toiles, on doit ajouter la signalisation pour les mesures de précaution en accord avec les orientations de la santé publique et de la fédération.»

M. Faucher affirme que les instances municipales souhaitent lancer la saison «le plus tôt possible». «Il faut que tout soit dans les règles lors de l’ouverture pour qu’on parte du bon pied.» Les préparatifs sont menés par l’organisme Granby Multi-Sports.

C’est parti à Waterloo

En revanche, les joueurs de la région pourront notamment se rendre au club de tennis François Godbout, à Waterloo, dès mercredi avant-midi. Le président du club, Réjean Huberdeau, s’attend d’ailleurs à un achalandage «très intéressant» au cours des prochaines semaines.

«Plusieurs jeunes ont commencé à suivre des cours chez nous récemment et n’ont pas pu retourner à l’école. Le tennis représente une activité intéressante pour eux», a-t-il souligné en entrevue avec La Voix de l’Est.

M. Huberdeau assure cependant que toutes les précautions seront prises au complexe de l’avenue du Parc. Des lavabos ont été installés près des terrains et les joueurs devront se laver les mains dès leur arrivée. Chaque joueur devra aussi utiliser des balles clairement identifiées, sans toucher celles de son partenaire de jeu.

«On aura également quelqu’un sur place pour s’assurer du respect des consignes, de 9h à 20h, sept jours par semaine. Avec la pandémie, on doit absolument revoir nos manières de faire les choses», a ajouté M. Huberdeau.

L’accès au club de tennis François Godbout — considéré comme «un des meilleurs au Québec» par son président — est gratuit pour les résidents de Waterloo et de neuf municipalités des environs. Les membres provenant de l’extérieur doivent débourser 100$ annuellement.

Restrictions

Puisque la première phase de relance annoncée par la ministre Isabelle Charest exclut les rassemblements de plus de deux personnes, les leçons et les matchs en double demeurent interdits. Même chose pour les ligues et compétitions organisées. Même si le Championnat québécois des moins de 18 ans n’a pas encore été officiellement annulé, Réjean Huberdeau refuse de se faire de faux espoirs. Waterloo devait accueillir cet événement du 5 au 14 juillet.

«Comme Tennis Canada a annulé tous ses tournois jusqu’à 31 juillet, je serais très surpris que ça ait lieu. Il ne faut pas oublier que les athlètes de ce niveau doivent s’entraîner et arriver en forme sur le terrain.»

À LIRE AUSSI: Un match d’exhibition à la place du Challenger ?

Notons finalement que les centres de tennis intérieurs restent fermés jusqu’à nouvel ordre.