Dans l’uniforme des Inouk, en 2015-2016, Noah Corson avait connu ses meilleurs moments en séries éliminatoires.

Le retour de Noah Corson

Les Inouk devraient compter sur un nouveau joueur dans leur alignement jeudi soir à Valleyfield. Un nouveau joueur qui n’est pas inconnu des partisans de l’équipe.

Noah Corson a été libéré par le Drakkar de Baie-Comeau cette semaine. Le jeune homme a lui-même communiqué avec le directeur général et entraîneur Patrice Bosch pour lui dire qu’il aimerait revenir à Granby. Il était attendu dans la région tard mercredi soir.

« Il ne reste qu’à lui faire signer son contrat, à l’envoyer à la ligue, à attendre l’approbation et le tour sera joué, a expliqué Bosch. Si tout se passe bien, il sera dans la formation contre les Braves. »

Avec les Inouk, en 2015-2016, le fils de Shayne Corson — l’ancien du Canadien — avait amassé neuf points, dont quatre buts, en 17 matchs. Il avait connu ses meilleurs moments de la saison en séries en récoltant 10 points en 11 rencontres.

Dans la LHJMQ, Corson a aussi joué à Moncton, qui l’avait repêché en deuxième ronde en 2014, et à Drummondville. Bien que rapide et habile, il n’est jamais parvenu à faire véritablement sa place dans le circuit Courteau.

« Noah est un joueur intense, un joueur d’énergie, a souligné Bosch. Évidemment, son intensité fait en sorte qu’il prend parfois des pénalités, mais il est capable d’amener quelque chose de positif à l’équipe. Je sais que nos partisans l’avaient apprécié lorsqu’il était passé par Granby. »

À Baie-Comeau, depuis le début de la saison, il avait enregistré quatre points en 10 matchs. Il avait été rayé de l’alignement lors des deux dernières rencontres. 

L’arrivée de Corson ne fera pas en sorte que Bosch devra retrancher un attaquant puisque la liste des blessés s’allonge soudainement chez les Inouk. Ainsi, Joachim Vachon et Laurent Minville sont des cas douteux en vue du match à Valleyfield alors que Maxime Charbonneau ne semble pas encore prêt à revenir au jeu. Anthony Chicoine a toutefois effectué un retour dimanche à Montréal-Nord.

Des adversaires solides

Après avoir affronté le Révolution de Saint-Lazare et l’Arctic de Montréal-Nord, les Inouk ont rendez-vous avec trois clubs autrement plus redoutables à compter de jeudi, soit les Braves (10-5-2), le Collège Français de Longueuil (13-2-2) et les Flames de Gatineau (10-4-4), les trois fois sur la route par-dessus le marché. Non, les semaines se suivent mais ne se ressemblent pas.

« On joue du bon hockey et je pense qu’on a mérité d’être pris au sérieux, a repris Patrice Bosch. Il n’en demeure pas moins qu’on affronte trois gros clubs et que ce ne sera pas de la tarte. »

Les Inouk (11-4-1) visent une sixième victoire d’affilée jeudi. Face aux Braves, ils ont perdu à domicile en ouverture de saison et ont gagné sur la route deux semaines plus tard.

« Je ne sais pas pourquoi, mais c’est toujours difficile de l’emporter à Valleyfield, que les Braves aient une bonne équipe ou non. Alors, quand ils sont solides comme cette saison, ça devient un gros défi. Il va falloir jouer pendant 60 minutes et jouer du hockey structuré. »

Bosch ne savait pas encore qui de Gabriel Waked ou de Charles-Antoine Poirier Turcot allait affronter les Braves. Chose certaine, les deux vont voir de l’action au cours du week-end.