Marc Bourgeois sera utilisé au champ droit à l’occasion du match d’ouverture des Castors d’Acton Vale, samedi après-midi, au stade Léo-Asselin.

Le retour de Marc Bourgeois

Cinq ans plus tard, le Granbyen d'origine revient au baseball dans l'uniforme des Castors.

Les Castors entament la défense de leur titre au sein de la Ligue de baseball majeur du Québec samedi après-midi, à domicile, alors qu’ils reçoivent le Big Bill de Coaticook, finaliste des dernières séries éliminatoires. Et au champ droit du stade Léo-Asselin, on retrouvera Marc Bourgeois, qui disputera son premier match de baseball en cinq ans.

« Oui, je suis excité, explique le Granbyen d’origine, qui a évolué dans l’organisation des Diamondbacks de l’Arizona. C’est un moment que j’attends depuis que j’ai signifié aux Castors que j’étais prêt à revenir. J’ai très hâte ! »

Bourgeois affirme avoir bien frappé la balle à l’entraînement. Il se donne néanmoins quelques matchs pour bien s’ajuster aux lanceurs de la LBMQ.

« La ligue a beaucoup changé depuis que j’ai disputé quelques matchs avec Victoriaville en 2013. Les lanceurs sont meilleurs et le calibre en général est supérieur. Je sais que je suis capable de bien me tirer d’affaire, mais je me permets tout de même une période d’adaptation. »

Bourgeois, 29 ans, sera aussi utilisé à l’occasion au champ centre ainsi que comme frappeur de choix. Bien qu’il soit très occupé avec son entreprise de fabrication de bâtons (Russell Martin et d’autres joueurs des ligues majeures utilisent maintenant les bâtons MÄRK Lumber), il entend rater le moins de matchs possible.

« Je suis content de renouer avec le baseball. J’ai eu beaucoup du plaisir avec les 4 Chevaliers, mais j’étais mûr pour revenir au baseball. Ça commençait sérieusement à me manquer. »

Mais le seul endroit où il voulait jouer, c’était Acton Vale, dit-il.

« C’est pas compliqué, j’aime tout à Acton : le stade, les partisans, l’organisation, mes nouveaux coéquipiers, tout. En plus, c’est près de Montréal [où il habite et travaille maintenant] et c’est près de Granby [où ses parents vivent toujours]. Bref, c’est un fit absolument parfait. »

Un gros club
À la lueur de ce qu’il a vu à l’entraînement, les Castors seront encore très menaçants cette saison, estime Bourgeois.

« Je peux vous dire une chose : nos pratiques au bâton sont impressionnantes ! lance-t-il. On a de la puissance, on a des gars qui frappent pour la moyenne, on a tout ce qu’il faut pour faire peur aux lanceurs adverses. Et parlant de lanceurs, on est très solides aussi. Je pense honnêtement qu’on peut viser un autre championnat. »

Bourgeois a assisté à deux matchs des séries des Castors l’automne dernier. Et c’est l’ambiance que l’on retrouve au stade Léo-Asselin qui a fini de le convaincre d’effectuer un retour.

« Il y a du monde, les gens tripent sur le baseball et ils aiment vraiment leur équipe. Acton, c’est très spécial. Et j’ai très hâte de vivre ça depuis le terrain. »

Et ça commence pas plus tard que samedi.